Epargne

Les différents types de placements

L’épargne solidaire, pour investir éthique et utile

Taille des textes Augmenter Diminuer

L’ISR et la finance solidaire sont deux notions à ne pas confondre. L’Investissement Socialement Responsable (ISR) désigne une méthode de sélection des entreprises cotées en Bourse en fonction non seulement de leur performance financière mais aussi d’une appréciation de leur comportement éthique, social et/ou environnemental. La finance solidaire repose sur un degré d’engagement plus fort puisque les activités financées sont choisies en fonction de leur utilité effective en matière de lutte contre l’exclusion, de cohésion sociale ou de développement durable et qu’elles ne sont pas cotées en Bourse. Le label Finansol créé en 1997 permet de distinguer les produits d’épargne solidaire des autres produits d’épargne.

Les produits d’investissement solidaire

Avec les produits d’investissement solidaire, la solidarité se manifeste au niveau des sommes placées : pour être solidaire, 5 à 10% minimum des sommes collectées doivent financer des projets d’utilité sociale ou environnementale.

Il existe une large gamme de placements solidaires, par exemple :

  • produits bancaires de solidarité (compte chèques, LDD, etc.) et d’assurance-vie,
  • comptes d’épargne spécialement affectée au logement social et/ou à des projets écologiques
  • fonds ISR solidaires Sur le plan fiscal, les produits perçus par l’investisseur suivent le régime du placement dont ils sont tirés :
  • régime fiscal de l’assurance-vie, par exemple, s’agissant d’un contrat d’assurance-vie,
  • régime fiscal du LDD,
  • régime fiscal des OPCVM, etc…

Les produits de partage

En investissant dans un fonds de partage, type fonds commun de placement ou livret - vous vous engagez par avance à abandonner une partie de vos revenus – 25 % minimum – à une ou plusieurs associations caritatives auxquelles le fonds est associé. La solidarité se situe donc au niveau des revenus perçus.

D’un point de vue fiscal, la part des revenus automatiquement reversés, sous forme de dons, à l’organisme d’intérêt général que vous avez choisi, est soumise à un prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) de 5 %. Les dons sont déductibles du revenu imposable à hauteur de 75% jusqu’à 521 euros, puis 66% au-delà (jusqu’à 20% du revenu imposable). Un reçu fiscal est adressé pour la déclaration de revenus. La part des revenus que vous conservez sera quant à elle, imposée selon les conditions de droit commun (au barème progressif de l’impôt sur le revenu avec possibilité d’opter pour un taux forfaitaire de 24% en deçà de 2 000 € d’intérêts).

Bon à savoir : Les fonds de partage sont généralement solidaires (mais ce n’est pas obligatoire) : cela signifie qu’ils prévoient à la fois le partage des revenus annuels et un investissement minimum de 5 à 10% de leurs actifs dans des projets d’utilité sociale ou environnementale.

© Uni Editions - décembre 2013