Immobilier : acheter des parts d’une SCPI

Taille des textes Augmenter Diminuer Retour sommaire EPARGNE

Si vous souhaitez investir dans un placement sur le long terme, miser sur l’achat immobilier indirect en achetant des parts de SCPI (Société civile immobilière) est une valeur sûre. Ce type de placement remporte d’ailleurs de plus en plus de succès auprès des investisseurs.

L’investissement indirect offre la possibilité à un particulier d’acheter des parts d’une société civile de placement immobilier (SCPI), qui acquiert des immeubles tout en épargnant au souscripteur les soucis de gestion. Ainsi, le particulier investit dans une société qui va acheter, gérer et louer des immeubles (commerces, bureaux, habitation...) à sa place. L’épargnant récolte, chaque année, une fois déduits les divers frais, les loyers encaissés par la société. Depuis 10 ans, la rentabilité annuelle moyenne a presque toujours dépassé 6%.

Déléguer la gestion des parts

Ce type de placement séduit de plus en plus car il présente de nombreux avantages. D’abord, l’investisseur ne s’occupe de rien. C’est la société de gestion qui effectue les démarches à sa place. Ensuite, il mutualise les risques sur plusieurs logements, et immeubles. Enfin, il peut bénéficier des avantages fiscaux liés à l’immobilier (loi Scellier sur les SCPI dites « fiscales », démembrement de propriété, achat à crédit pour déduire les intérêts d’emprunt).

Un produit de long terme

Les loyers et/ou avantages fiscaux sont ensuite distribués aux porteurs de parts. Ce type de mécanisme permet, également, de diversifier ses placements et d’investir un montant moins élevé que dans l’investissement direct, tout en bénéficiant de mesures fiscales.

Suivant la norme de construction environnementale, bâtiment basse consommation (BBC) ou non, l’avantage fiscal du SCPI Scellier est différent en 2011 (22 %) en BBC et (13%) en non BBC ; en 2012 (18%) en BBC et (9%) en non BBC. L’avantage fiscal est calculé sur le montant total investit dans l’achat de parts de SCPI Scellier et applicable l’année de souscription.

© Uni- éditions – juillet 2011