Contactez-nous
Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Commerçants, artisans : qui sont leurs vrais concurrents ?

05oct

La Fédération des Centres de gestion agréés (FCGA) a réalisé une enquête auprès de ses clients, TPE et PME du secteur de l’artisanat, du commerce et des services, pour savoir comment ils perçoivent leur environnement concurrentiel. Le résultat est sans appel : les premiers concurrents des commerçants et des artisans sont… les intéressés eux-mêmes !

Non, les hypermarchés, les discounters et les franchisés ne sont pas forcément la bête noire des artisans, commerçants traditionnels et prestataires de services indépendants. De l’avis même des intéressés, c’est d’abord avec leurs semblables que la lutte est la plus âpre.

Une concurrence de proximité

Les premiers concurrents des commerçants et des artisans sont… les autres commerçants et artisans ! C’est ce que révèle une étude, diffusée en juillet dernier par l’Observatoire de la petite entreprise de la FCGA, réalisée auprès de 2 000 entreprises des secteurs de l’artisanat, du commerce et des services.

« Le mérite de cette enquête d’opinion est d’invalider l’idée reçue selon laquelle la grande distribution et les discounters seraient les principaux concurrents des petites entreprises », souligne Nasser Negrouche, dirigeant du cabinet Priorité client, spécialisé dans le marketing des TPE.

De fait, les sondés l’expriment clairement : sur le terrain, la menace vient d’abord des autres commerces de proximité ou artisans exerçant sur la même zone de chalandise. Les grandes surfaces n’arrivent qu’en troisième position dans les réponses, devant la VPC et Internet.

Répondre en baissant les prix

Pour se démarquer de cette concurrence frontale, les petites entreprises agissent en priorité sur les prix et 15 % d’entre elles déclarent revoir leur politique tarifaire pour être plus compétitives.

Les autres alternatives sont peu mises en avant. Les entreprises qui tentent de réagir en adaptant leur positionnement et leur offre en termes de produits ou de services, ne sont que 8,8 %.

Celles, enfin, qui privilégient l’innovation commerciale (création de prestations nouvelles, diversification…), ainsi que les actions de communication sont encore plus rares (7,6 %).

Des réponses qui, selon Nasser Negrouche, pointent certaines lacunes. « L’analyse de ces résultats démontre que les stratégies adoptées se concentrent principalement sur le prix. Ce manque de diversité dans les actions engagées pour se démarquer de la concurrence est révélateur d’un fort besoin de professionnalisation de la fonction commerciale dans les petites entreprises », souligne le consultant.

Consulter l’enquête FCGA

Les autres articles

08aoû

TPE : un bilan d’activité 2013 en demi-teinte - juin 2014

Le dernier bilan d’activité des petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services, réalisé par la Fédération des centres de gestion (...)

Lire la suite
08aoû

Comment organiser une vente au déballage en toute légalité

La vente au déballage permet de vendre des marchandises dans des lieux qui ne sont pas habituellement destinés à l’activité commerciale, ou à partir (...)

Lire la suite