M’installer

Parce que se lancer dans l’installation de son exploitation est un engagement personnel de taille, il est essentiel de se poser les bonnes questions pour bien s’y préparer.

Votre projet en 6 étapes

1 - Comment estimer la rentabilité de votre projet ?

La rentabilité prévisionnelle de votre exploitation peut se mesurer à partir de l’Excédent Brut d’Exploitation (EBE). L’EBE est un Solde Intermédiaire de Gestion qui indique la capacité de votre entreprise à dégager de la richesse. Évaluer l’origine et le niveau de cette richesse, c’est faire l’exercice d’apprécier la rentabilité future de votre exploitation. Cette rentabilité devra être suffisante pour faire face à vos différents engagements contractés auprès de tiers (banque, fournisseurs...) tout en vous assurant un revenu et des capacités de développement de l’exploitation.

L’EBE doit vous permettre à la fois :
-  de faire face aux frais financiers à court terme,
-  de rembourser vos échéances de prêts d’installation et d’investissement,
-  de vivre et faire vivre votre famille,
-  de faire face aux aléas courants inhérents à votre métier (marge de sécurité),
-  de constituer un autofinancement suffisant pour développer votre exploitation.

2- Quelles sont vos capacités de remboursement et d’endettement ?

La capacité de remboursement se mesure à partir de la projection de l’EBE prévisionnel et de son utilisation. La détermination de la capacité de remboursement de l’installation jusqu’à la période de croisière permet d’élaborer le plan de financement.

À partir de la capacité de remboursement, il est possible de déterminer la capacité d’endettement du projet et des caractéristiques du ou des prêts envisagés, notamment la durée et le type d’amortissement. Pour une même capacité de remboursement, plus la durée du prêt est élevée, plus la capacité d’endettement est importante. Cependant la durée d’un prêt doit aussi être en adéquation avec la nature des biens financés. Il n’est pas souhaitable de financer sur 15 ans un tracteur d’occasion dont le renouvellement s’impose à brève échéance. De même en cas de location de l’exploitation, la durée des prêts doit être inférieure à celle des baux. L’expert financier du Crédit Agricole est à vos côtés pour déterminer votre capacité d’endettement.

3- Comment élaborer votre plan de financement ?

Élaborer le plan de financement consiste à mettre en face du coût de l’installation les ressources financières nécessaires. Ces ressources peuvent être de diverses natures : épargne préalable, apport en nature, salaire différé, prêt familial ou prêt bancaire (bonifié ou non). Cette étape est fondamentale et va déterminer la faisabilité de votre projet. La finalisation d’un projet passe souvent par la combinaison de plusieurs de ces ressources. Le plan met parfois en évidence un déséquilibre entre les besoins et les ressources du projet. Il faut alors reprendre les différentes composantes du projet pour analyser s’il est possible d’en améliorer la rentabilité, d’en réduire les coûts ou de différer l’installation.

4- Votre plan de financement est-il cohérent avec votre EBE prévisionnel ?

Le calcul de la marge de sécurité est réalisé à partir de la projection de l’EBE et de son utilisation.
Si la marge de sécurité est positive à chaque exercice, le plan de financement est sécurisant. Si elle est négative, il faut revoir le plan de financement et dans certains cas l’ensemble du projet avec l’expert financier.

5 - Comment apprécier et prévoir votre fonds de roulement ?

Le fonds de roulement traduit l’équilibre de la structure financière de votre exploitation. C’est une notion qui est calculée à partir des éléments du bilan comptable prévisionnel de votre entreprise.
- S’il est positif, vous disposez de moyens financiers exigibles à moyen et long terme pour financer toutes vos immobilisations ainsi qu’une partie des biens liés au cycle de production (notamment les stocks). Vous avez donc une marge de sécurité appréciable.

- S’il est négatif, vous financez vos immobilisations par des sources de financement exigibles à court terme. C’est une situation fragile qui, en phase d’installation, peut entraîner très vite des difficultés de trésorerie sérieuses. Il vous faut trouver rapidement des ressources stables, en augmentant la part de l’endettement à moyen et long terme, en renforçant les capitaux propres (apports personnels ou familiaux) ou le capital social (sociétés : GAEC, EARL...), ou en cédant des actifs (foncier, matériel...).

Intégrer le financement d’un fonds de roulement dès l’élaboration de votre projet dans votre plan de financement vous permet d’aborder sereinement la reprise ou le démarrage de votre exploitation

6 - Comment construire votre projet de trésorerie ?

Le budget de trésorerie est un outil de prévision qui vous donne les moyens de suivre efficacement les entrées et les sorties d’argent mois par mois afin de réduire les déficits ou de placer les excédents. Il prend en compte non pas les dates de réalisation de vos activités (ventes des produits, achats d’approvisionnement...) mais les dates de règlement (entrées effectives d’argent) ou de paiement de vos factures (sorties effectives).

Le budget de trésorerie doit être réalisé sur la durée d’un cycle d’exploitation. À partir du budget de trésorerie, si vous enregistrez un déficit, vous pouvez négocier avec les tiers (retarder le règlement de vos factures, demander à vos clients un paiement plus rapide, anticiper une vente...) ; vous pouvez aussi l’utiliser pour présenter une demande de financement de trésorerie.

  • Télécharger