Retour au site Crédit Agricole
Le blog des associations / ACTIVITE

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre association

L’association, à la source de l’innovation et du progrès social

04 fév
L'association, à la source de l'innovation et du progrès social
ACTIVITE

Février 2014

Le mouvement associatif, toujours au plus près des populations, répond périodiquement à leurs besoins, en développant des expériences empiriques. C’est ainsi que se développe l’innovation sociale, depuis la loi de 1901.

C’est la reconnaissance du rôle du secteur associatif qui est à l’origine de la loi-cadre de l’économie sociale et solidaire. À l’occasion des débats qui ont entouré son élaboration, le caractère innovant a souvent été mis en avant dans les travaux des organismes représentatifs, comme la Conférence permanente des coordinations associatives (CPCA) ou La Fonda – Fabrique associative.

Au plus près des réalités sociales

La loi de 1901 sur les associations a elle-même représenté une innovation majeure en son temps. Résultat d’une mobilisation citoyenne pour pallier les carences dans la prise en charge de problèmes sociaux, c’est grâce à elle qu’il est devenu possible de développer des projets d’intérêt général en dehors des institutions existantes, politiques ou religieuses.

Le mouvement associatif est particulièrement favorable à l’innovation en raison de ses caractéristiques :

  • les associations sont implantées au plus près des populations, ce qui les rend capables de diagnostiquer les besoins et les carences, et d’esquisser les solutions, en tenant compte des contraintes inhérentes aux contextes ;
  • la souplesse et la légèreté de leur organisation leur permettent de monter et de faire évoluer des expérimentations empiriques pour répondre aux besoins recensés ;
  • leur modèle économique, qui repose en partie sur le bénévolat, permet de mener ces expérimentations à moindre coût.

Ainsi, l’innovation sociale est initiée par une association à partir du diagnostic des besoins de la population locale. Elle est ensuite mise en pratique avec l’aide de bailleurs de fonds publics et privés, et surtout grâce à l’implication et à la persévérance de ses responsables bénévoles. Au cours de son développement, l’expérimentation fait l’objet d’ajustements ponctuels qui permettent d’élaborer un modèle.

Un laboratoire d’idées

Lorsque ses résultats sont probants, le concept innovant s’étend d’abord dans le milieu associatif. Il peut être repris et copié par la politique publique et l’initiative entrepreneuriale. C’est ainsi que se sont répandus, à travers des structures de nature diversifiée, les concepts d’aide à la personne, d’accompagnement scolaire, de tourisme social, etc.
Par ailleurs, en qualité de laboratoires d’idées, les associations propagent l’innovation en participant à certaines instances publiques, où elles sont consultées pour leur expertise sur les populations et leurs besoins. Ainsi en est-il, notamment, des commissions de travail en matière de protection de l’environnement, de consommation, de défense des droits de l’homme et de lutte contre le racisme.

Pour permettre au secteur associatif de continuer à mener ses expérimentations – surtout dans un contexte qui voit les subventions directes se raréfier –, la Banque publique d’investissement (BPI) a été dotée de fonds destinés à soutenir l’innovation.

Pour en savoir plus :
CPCA (Conférence permanente des coordinations associatives)
La Fonda, fabrique associative


© Uni-éditions – MIG – Janvier 2014