Retour au site Crédit Agricole
Le blog des associations / FINANCES

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre association

Foyers assujettis à l’ISF : des donateurs toujours nombreux mais des dons moins élevés

17 mai
Foyers assujettis à l'ISF : des donateurs toujours nombreux mais des dons moins élevés
FINANCES

il y a 2 mois

Entre 2016 et 2017, le nombre de donateurs parmi les foyers fiscaux assujettis à l’ISF est resté stable. En revanche le montant moyen des dons a reculé.

Sur 10 foyers fiscaux assujettis à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), 8 ont l’habitude de donner de l’argent à une fondation ou à un organisme caritatif, indique le Baromètre 2017 du don ISF réalisé pour la fondation des Apprentis d’Auteuil. Un chiffre stable par rapport à l’année précédente. En moyenne ils effectuent 3,9 dons par an. Là encore, un nombre stable depuis février 2015.
 

Des donateurs fidèles

Plus de 80 % des donateurs assujettis à l’ISF donnent à plusieurs organismes. Ils sont 20 % à donner à plus de 5 organismes différents. Mais ils affichent une certaine fidélité aux causes qu’ils soutiennent. 95 % d’entre eux ont donné au cours de la dernière année à des organismes auxquels ils donnent habituellement. L’aide aux plus démunis constitue toujours une priorité pour les donateurs assujettis à l’ISF. Viennent ensuite la santé et la recherche médicale, l’enfance et l’éducation et le handicap. L’aide aux personnes âgées, la culture, la défense des droits de l’homme et l’environnement constituent les causes les moins prioritaires pour ces donateurs.
Cette année, le montant moyen annuel des dons des foyers assujettis à l’ISF s’élève à 2 180 €. Un chiffre en baisse sur les deux dernières années. En 2015, il atteignait 2 519 €.
 

Motivés par les réductions d’impôt

Les donateurs assujettis à l’ISF utilisent massivement les dispositifs de réduction d’impôt par le don. 91 % d’entre eux ont utilisé le dispositif de déduction de leurs dons de leur impôt sur le revenu et 50 % d’entre eux ont utilisé celui de déduction de leur ISF.

Pour ces donateurs très fortunés, la possibilité de déduire leurs dons constitue d’abord une opportunité de reprendre en partie la main sur leur impôt et de décider à qui ils l’affectent.

Et lorsqu’on les interroge sur les mesures susceptibles de les convaincre de faire des dons plus importants, ils citent un dispositif de réduction d’impôt encore plus avantageux. Ils évoquent également une meilleure information sur l’utilisation de leurs dons et la possibilité de choisir les actions dans lesquelles leurs dons seront investis.


© Anne Le Mouëllic – Uni-éditions – mai 2017