Les professionnels estiment qu’il faut prévoir un capital décès représentant l’équivalent de trois années de salaire, majoré d’un an supplémentaire par enfant. Il permet à la famille de faire face aux dépenses d’urgence ainsi qu’aux au frais d’obsèques, au paiement des droits de succession et des factures.