Assurance santé : les questions

  1. En tant que salarié, je souscris à une mutuelle d’entreprise. Je pars en retraite à la fin de l’année. Dois-je souscrire un contrat individuel auprès d’une complémentaire santé ?

    Six mois après avoir pris votre retraite, vous ne profiterez plus du contrat et du tarif négocié par votre entreprise. Si vous le souhaitez, vous pouvez souscrire un contrat individuel, auprès de votre mutuelle actuelle (elle n’a pas le droit de refuser de continuer à vous assurer), ou d’une autre. Mais le prix sera souvent plus élevé, et calculé en fonction de votre profil (âge...). Si vous gardez la même mutuelle, la hausse ne peut toutefois pas dépasser 50% de ce que vous payez aujourd’hui, pour les mêmes garanties.

  2. Je pars à l’étranger. Comment suis-je remboursé en cas de problème de santé ?

    En Europe, emportez la carte européenne d’assurance maladie (à demander à votre caisse d’assurance maladie au minimum deux semaines avant votre départ) : vos dépenses de santé seront prises en charge selon les modalités en vigueur dans le pays où vous séjournez. À défaut, présentez à votre retour les justificatifs des dépenses à votre caisse d’assurance maladie. Votre complémentaire santé peut en général aussi jouer. Dans les autres pays, tout dépend des conventions passées avec la France (voir le site de l’Assurance maladie, www.ameli.fr). En général, il est conseillé de souscrire par sécurité un contrat d’assistance couvrant les frais médicaux, ou de disposer d’une carte de paiement qui offre cette assistance.

  3. La Sécurité sociale et ma complémentaire santé sont-elles suffisantes s’il m’arrive un accident domestique ?

    Non. Elles prennent en charge tout ou partie des frais médicaux, mais n’indemnisent pas ou peu les préjudices subis, les conséquences économiques d’un décès éventuel pour votre famille, le coût de l’assistance d’une tierce personne à domicile, l’aménagement du logement en cas d’invalidité... Pour bénéficier de ces protections, il faut souscrire une Garantie des accidents de la vie (GAV) ou une assurance « individuelle accidents »

  4. Mes enfants peuvent-ils être couverts par ma complémentaire santé ?

    Cette possibilité est offerte par de nombreux contrats. Certains proposent même des réductions à partir, par exemple, du deuxième enfant.

  5. Contrat : pour combien êtes-vous assuré ?

    Apprenez à faire le distinguo entre le système dit indemnitaire qui indemnise en fonction de l’évaluation de votre préjudice et le système forfaitaire qui fixe dès la signature du contrat le montant que vous percevrez dans telle et telle situation. Regardez également avec attention les plafonds de garanties. Ils vous renseigneront sur le maximum susceptible de vous être versé en cas de sinistre.

  6. Délai de carence, de stage, d’attente : de quoi s’agit-il ?

    Il s’agit d’une période qui court dès la conclusion du contrat d’assurance, durant laquelle la garantie ne joue pas. En clair, en cas de sinistre durant le délai de carence, l’assurance n’intervient pas. On trouve généralement ces délais de stage ou d’attente dans les complémentaires santé, les assurances décès, invalidité et dépendance. Il s’applique en principe uniquement en cas de maladie.

  7. Sur quels critères choisir une complémentaire santé ?

    Le choix d’un contrat santé est généralement dicté à la fois par des contraintes financières et par les besoins de l’assuré. Mais retenir un assureur sur le seul critère de prix, n’est pas forcément gagnant. Un conseil donc, avant de sélectionner votre assurance santé : dressez la liste de vos besoins. Est-ce que vous consultez des spécialistes pratiquant des dépassements d’honoraires ? Portez-vous des lunettes ? Avez-vous des problèmes dentaires, auditif ? En fonction de vos réponses, vous retiendrez le contrat le mieux adapté.

  8. Comment lire les garanties d’une complémentaire santé ?

    Les remboursements des complémentaires santé sont généralement exprimés en pourcentage du tarif conventionnel fixé par la Sécurité sociale (100 %, 200 %...) pour les frais d’hospitalisation et les frais de soins courants (consultations médicales, examens, médicaments…). Pour les soins dentaires et d’optiques ou encore la médecine douce, les cures thermales, les assureurs leur préfèrent des forfaits annuels dont le montant varie en fonction du niveau de garantie souscrit.

  9. Mes enfants sont-ils automatiquement couverts par ma mutuelle ? Et mon conjoint ?

    C’est la bonne question à poser à votre assureur santé, si vous vivez en couple et/ou avez des enfants. Vérifiez auprès de votre compagnie si votre conjoint et vos enfants peuvent bénéficier des garanties proposées par votre contrat, gratuitement ou moyennant finance. Les enfants sont généralement couverts jusqu’à l’âge de 18 ans, voire au-delà s’ils poursuivent des études.

  10. Existe-t-il des aides à la souscription d’une complémentaire santé ?

    Oui. Cette aide, qui prend la forme d’un chèque santé d’un montant de 100 à 550 euros par an et par personne, reste encore trop méconnue. Près de 1,7 million de personnes pourraient en faire la demande. Alors autant en profiter ! Elle permet en effet de financer une partie des frais de cotisation d’une complémentaire santé individuelle. Plus d’info Simulation et demande en ligne sur le site Ameli.fr.