Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes un client banque privée 
Nous contacter
error component
Une erreur est survenue
dans l'affichage de cet élément

Bien choisir son assurance pour être bien indemnisé

En cas de sinistre, comment est calculée l’indemnisation ? Celle-ci peut varier selon que les biens sont assurés en valeur d’usage, valeur à neuf, valeur de reconstruction, valeur agréée.

C’est à la souscription du contrat d’assurance dommages que le mode d’indemnisation est choisi.

“Pour préserver leur patrimoine immobilier, les propriétaires opteront pour l’assurance habitation la plus complète, indique Valérie Laparade, Responsable technique Sinistres habitation chez Pacifica, filiale d’assurances Dommages du groupe Crédit Agricole. Elle permettra, en cas de dommage important, une reconstruction à l’identique du logement, préservant ainsi le cadre de vie.
L’indemnisation des biens sera réalisée en valeur de remplacement à neuf (calculée sur la base du prix d’un bien identique ou équivalent, neuf au jour du sinistre), quel que soit l’âge du mobilier”.
Aucune vétusté ne sera donc appliquée. Ce qui n’aurait pas été le cas si les assurés avaient choisi un dédommagement vétusté déduite, égale à “la valeur du bien endommagé au jour du sinistre de laquelle est déduit un coefficient de vétusté calculé selon différents critères (l’âge, l’état d’entretien, les avancées technologiques…)”, explique Valérie Laparade.

En matière d’assurance automobile, “l’assurance tous risques sera bien entendu privilégiée”, déclare Christophe Bourienne, Responsable technique Sinistres roulants chez Pacifica. Mais que se passe-t-il en cas de sinistre ? “Un expert calcule une valeur de remplacement à dire d’expert (VRADE) permettant à l’assuré d’acheter un véhicule semblable sur le marché de l’occasion”, explique Christophe Bourienne.

Si elle est supérieure aux réparations, l’assureur les prend à sa charge. Dans le cas contraire, il peut garantir la valeur d’achat du véhicule sur ses trois premières années d’existence. Au-delà, avec cette même option contractuelle, la VRADE sera majorée de 50% à concurrence de la valeur d’achat du véhicule.

Qu’en est-il des biens de valeur telles que des voitures de collection ? Il peut être opportun de les évaluer selon le principe de la valeur agréée. “Dans le cas d’une voiture de  collection, le bien est estimé par un expert, à la charge de l’assuré lors de la souscription, précise Christophe Bourienne. En cas de sinistre, l’assureur indemnise l’assuré sur la base de cette valeur permettant aux deux parties de s’accorder sur le montant à assurer”. Cela évite tout conflit au moment du sinistre. Il convient d’évaluer ce type de bien au moins tous les trois ans, leur valeur pouvant fluctuer dans le temps.

“La question à se poser n’est pas combien ça coûte mais combien ça vaut”, estime Christophe Bourienne. Car le contrat doit être adapté à la valeur des biens à assurer, et à côté de l’indemnisation s’ajoute la qualité de gestion du sinistre.

BON À SAVOIR

Exemple d'un véhicule de collection

Valeur d’achat : 15.000 euros en 2015.

Valeur agréée : 18.000 euros en 2015.

En cas de sinistre, l’assuré sera indemnisé à hauteur de 18.000 euros, s’il a opté en faveur de la valeur agréée.

Pour en savoir plus notre gamme d’assurances, cliquez ici.

 

Retrouvez le sommaire du numéro de décembre du magazine Regards partagés en cliquant ici.



© Magazine Regards partagés Crédit Agricole Banque Privée - agencedps.com

Article à caractère informatif.