Retour au site Crédit Agricole

Regards
partagés

Le magazine de la Banque Privée du Crédit Agricole

Gérer librement son contrat

14 juin
Gérer librement son contrat
Epargne

il y a 5 mois

Certains épargnants souhaitent agir sur leur assurance vie de manière autonome. Ils peuvent, à cet effet, s’appuyer sur des options automatisées de gestion financière pour les accompagner.

Pour gérer librement son contrat d’assurance vie, "il faut détenir un contrat multisupports, avoir du temps pour s’en occuper et bien connaître les marchés financiers", indique Alexandre de Sousa, Responsable du domaine d’activité assurance vie chez Crédit Agricole Assurances, filiale du Crédit Agricole.

Vous êtes en effet seul pour choisir vos unités de compte (UC), réaliser des arbitrages, et vous en assumez la responsabilité. Votre objectif étant généralement de faire fructifier au mieux votre épargne, vous pouvez diversifier vos placements sur des UC. Cela implique une prise de risque que certaines options automatiques de gestion financière permettent de maîtriser, sans avoir à surveiller quotidiennement votre contrat.

Ainsi, l’investissement progressif fractionne dans le temps vos investissements sur les marchés financiers. Le principe consiste à placer une partie de votre épargne sur un fonds en euros, puis de la transférer progressivement de ce support vers des UC de votre choix. "Dans un marché volatil et sans orientation marquée, cette option est recommandée car elle lisse le prix d’achat de l’UC", explique Alexandre de Sousa. Vous pouvez également fixer un pourcentage de gain par UC. Une fois ce seuil atteint, l’option sécurisation de la plus-value concrétise ce gain latent en arbitrant les sommes vers un support sécuritaire (fonds en euros ou Sicav monétaire). "L’objectif est de “mettre à l’abri” de manière régulière et automatique les gains réalisés. Et ainsi éviter que la valeur de votre support ne diminue trop."

Sécuriser un gain, mais aussi limiter les pertes enregistrées par une UC.
La mise en place de l’option stop loss relatif est alors conseillée. Chaque UC sélectionnée se voit attribuer un pourcentage maximal de baisse. Dès qu’il est constaté, toute la valeur de l’UC est arbitrée sur le support sécuritaire. Cette option mesure la baisse par rapport à la plus haute valeur atteinte par l’UC. "Une partie de la plus-value réalisée sur l’UC est ainsi préservée", note Alexandre de Sousa qui précise "qu’il ne faut pas fixer un seuil de déclenchement de cette option trop faible".

Mais avec le temps, les fluctuations des marchés peuvent changer la répartition prédéfinie entre les supports. L’option réallocation d’actifs corrige ce déséquilibre en conservant l’allocation cible. Votre profil de risque est ainsi maintenu.

Paramétrées par votre conseiller à votre demande, ces options peuvent être modifiées et interrompues à tout moment. Toutefois, gérer librement votre contrat ne doit pas "vous faire perdre le contact avec votre conseiller qui vous orientera lors de la mise en place de ces options à l’adhésion et en cours de vie du contrat", rappelle Alexandre de Sousa.