Retour au site Crédit Agricole

Regards
partagés

Le magazine de la Banque Privée du Crédit Agricole

La photographie d’art : un placement plaisir accessible

16 mar
La photographie d'art : un placement plaisir accessible
Investissement

16 mars

En août 1826, dans sa maison de Saint-Loup-de-varennes, l’ingénieur Joseph Nicephore Niepce prenait ce qui est considéré comme la première photographie de l’histoire.

Depuis, la photographie est devenue un art(1) et connaît aujourd’hui un réel engouement. Elle reste pour autant un marché de niche puisqu’en 2015, 15 000 photographies ont été vendues pour un total de 153 millions de dollars, soit 1,1% du produit des ventes Fine Art(2), indique Artprice.com.

Que ce soit pour “habiller” son intérieur ou se constituer une collection, la photographie d’art permet aussi de diversifier son patrimoine en combinant plaisir et rendement. Un marché qui se porte plutôt bien puisque l’indice des prix de la photographie(3), calculé par Artprice.com, a progressé de 48% entre 2000 et 2015.
Mais avant d’acquérir des clichés, n’hésitez pas à pousser les portes des galeries, des musées ou des salons. Consultez des catalogues spécialisés, assistez à des ventes aux enchères ou attachez-vous les conseils d’experts. Une fois votre choix arrêté, vous devez considérer la qualité du tirage pour une photo ancienne, la signature, le sujet et le nombre d’épreuves.

Comme toute œuvre d’art, la photographie est exonérée d’impôt sur la fortune. En outre, si vous cédez vos œuvres, le produit de la vente sera imposable s’il est supérieur à 5 000 euros. Vous serez soumis, au choix, à une taxe forfaitaire de 6,5% sur le montant de la transaction ou à l’imposition sur la plus-value du régime général (34,5% prélèvements sociaux compris) avec une exonération totale à partir de 22 ans de détention de l’œuvre.


(1) Pour être considérés comme des œuvres d’art, les clichés doivent être pris et tirés par l’artiste (ou sous son contrôle), signés et numérotés dans la limite de 30 exemplaires, tous formats et supports confondus.
(2) Peinture, sculpture, dessin, photographie, vidéo, estampe, installation.
(3) Il est calculé sur l’évolution des prix d’un grand nombre d’œuvres similaires vendues plusieurs fois aux enchères.