Retour au site Crédit Agricole
Blog / EPARGNE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Assurance-vie : une épargne sécurisée

15 mai
EPARGNE

Mai 2009

Par ces temps incertains, l’assurance-vie demeure un des modes de placements les plus sécurisés et les plus plébiscités par les Français.

Les avantages d’un produit sécurisé

Le sentiment actuel d’inquiétude généré par la crise crée un contexte favorable aux produits peu risqués. Selon une enquête effectuée par l’institut d’études CSA pour la Fédération française des sociétés d’assurance, l’assurance-vie arrive en deuxième position des produits d’épargne avec 30 % des intentions de versements, loin devant les autres placements. Ce produit représente pour les épargnants le meilleur compromis en termes de rendement et de risque.

Contrats multisupports : quelles opportunités ?

Le contrat multisupport constitue un accès privilégié aux marchés financiers. Il permet d’investir sur différentes unités de compte, des plus sécurisées (les fonds en euros) aux plus dynamiques (OPCVM, actions, immobilier…). Le rendement du contrat est alors lié à la répartition des différents supports, en fonction des conditions de marché et du profil de l’épargnant.

Autres avantages de l’assurance-vie

Ce produit très souple et modulable bénéficie aussi d’une fiscalité avantageuse. Ainsi, au-delà de huit ans, dans certaines limites, les intérêts versés dans le cadre du contrat sont exonérés d’impôts. Dans le cas d’un rachat total ou partiel, la fiscalité, dégressive dans le temps, ne s’applique que sur la partie des plus-values et des intérêts compris dans le rachat. C’est, par ailleurs, un outil privilégié de la transmission du patrimoine à des bénéficiaires nommément désignés. Il est parfois utilisé comme instrument de garantie pour un prêt immobilier. Souple, il permet à tout moment d’effectuer des versements ou un rachat. Ainsi, en cas de rachat au-delà de huit ans, les intérêts, après prélèvements sociaux, sont exonérés d’impôt sur le revenu jusqu’à 4 600 euros pour une personne seule ou 9 200 euros pour un couple soumis à imposition commune. Au-delà, ils sont imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu ou, sur option, au prélèvement forfaitaire obligatoire de 7,5 %.

Pour en savoir plus : www.ffsa.fr


Delphine Goater – Uni-Éditions – avril 2009