Retour au site Crédit Agricole
Blog / EPARGNE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Comment investir dans l’économie locale ?

08 fév
EPARGNE

Février 2013

Comme au siècle dernier avec la création du Crédit Agricole, des structures de collecte de l’épargne se développent pour soutenir l’économie locale, mouvement qui connaît un grand succès auprès des Français, particulièrement désireux de soutenir le développement de leur région.

Un véritable levier de croissance

Dans un ouvrage consacré au « locavesting », principe qui plaide pour une épargne recentrée sur l’économie locale, l’auteur américain Amy Cortese résume l’enjeu à une question relativement simple : « Que se passerait-il si les gens investissaient 50 % de leurs revenus dans un rayon de 50 miles de l’endroit où ils vivent ? ». Selon l’auteur, 26 000 milliards de dollars sont investis en Bourse aux États-Unis. Si 10 % étaient investis au niveau local, plutôt que dans des multinationales, l’impact serait énorme, notamment sur l’emploi.

Investir autrement

Contrairement aux circuits traditionnels de placement, l’investissement dans l’économie locale peut prendre des formes très variées telles que le « cash mob », mobilisations éclair organisées par Internet avec un but très précis : acheter des produits dans un lieu de vente en vue de favoriser le développement local. Ce phénomène connaît notamment un grand succès aux États-Unis où plus de 200 villes le pratiquent.

Identifier les bons placements

Mais favoriser l’économie locale peut aussi prendre la forme d’investissements plus classiques tels que l’acquisition de parts sociales d’entreprises. Dans ce contexte, il est indispensable de connaître les principaux acteurs de sa région en vue de choisir le bon investissement. À cette fin, de plus en plus de collectivités développent des portails destinés à soutenir des projets nécessitant des financements.
Des acteurs indépendants proposent également des sites référençant des placements porteurs de valeurs pour les régions.
En complément, la France dispose d’un réseau particulièrement riche en business angels (environ 6 500 référencés), investisseurs de la première heure jouant un rôle crucial dans le financement des start-up. Souvent organisés en associations locales, ils permettent d’identifier rapidement les projets à soutenir. Enfin, particulièrement bien placées, les banques mutualistes s’organisent également pour soutenir le mouvement. Présentes au niveau régional, les caisses bénéficient de l’effet de proximité qui leur permet d’identifier plus facilement les besoins en financement locaux.


© Uni-éditions/MIG – janvier 2013