Retour au site Crédit Agricole
Blog / EPARGNE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Épargner pour les études de ses enfants

29 nov
EPARGNE

Novembre 2012

Tous les parents rêvent de voir leurs enfants poursuivre des études supérieures, mais redoutent le moment où il faudra les financer. Une épargne adaptée permettra de passer le cap plus sereinement.

En moyenne et selon les villes, il faut compter entre 600 et 1 000 euros par mois par enfant en université (hébergement et restauration compris). En école de commerce, c’est encore plus lourd : entre 1 450 euros et 1 750 en moyenne. De plus, la plupart des cursus prévoient des stages à l’étranger. D’une destination à l’autre, le budget varie, mais dans tous les cas de figure, il alourdit encore le coût de la scolarité.
Bien entendu, il est possible de financer des études en faisant appel aux prêts étudiants. Mais en épargnant dès leur plus jeune âge, vous éviterez à vos enfants d’avoir à débuter leur vie d’adulte par l’endettement. Les solutions varient en fonction du temps qu’il reste avant que l’enfant n’entreprenne ses études supérieures. Tour d’horizon…

Les livrets réglementés

Bien que plafonnés, les livrets réglementés n’en constituent pas moins une solution simple à mettre en place pour épargner en vue du financement des études. Un livret A, par exemple, est limité à 19 125 €, mais chaque membre de la famille peut en avoir un, ce qui permet de réunir un capital suffisant pour couvrir les premières années d’études. De plus, vous pouvez cumuler plusieurs livrets : livret jeune, livret de développement durable, etc. Leur rémunération est fixée par l’État et ces livrets sont nets d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

L’assurance vie

L’assurance vie est une autre solution adaptée au financement des études, à condition de ne pas trop attendre avant de souscrire un contrat. Les plus-values réalisées, en effet, ne sont totalement exonérées d’impôt qu’au bout de huit ans. En d’autres termes, il faut souscrire le contrat dès que l’enfant atteint ses 8-9 ans pour qu’il puisse disposer de l’épargne constituée après son bac. Souple, cette formule permet aussi de disposer du capital en une ou plusieurs fois, selon les besoins. Elle est également plus performante que les livrets : l’investissement peut être panaché entre des supports en euros dont le capital est garanti et des supports en unités de compte offrant un rendement plus intéressant, à condition de prendre des risques mesurés. A noter que l’assurance vie peut être souscrite au nom de l’enfant, avec une clause au contrat qui stipule, par exemple, qu’il ne pourra en bénéficier que pour financer ses études ou un projet spécifique.

Le plan d’épargne logement

Le plan épargne logement permet de constituer en douceur le capital nécessaire à l’obtention d’un prêt immobilier à un taux plus intéressant que celui des prêts classiques. Pour en bénéficier, il faut effectuer des versements réguliers sur une période de 4 ans minimum et 10 ans maximum. Vous pouvez céder vos droits à prêt à votre enfant, pour lui permettre, le moment venu, de réaliser l’achat de sa résidence principale. En cas de réalisation d’un prêt épargne logement, une prime d’État d’un maximum de 1525 € pour un logement BBC est accordée. Comme pour les livrets réglementés le PEL est net d’impôt sur le revenu et de prélèvement sociaux.

Assurance décès

L’assurance décès n’est pas véritablement un placement mais une mesure de sécurité qui viendra en aide à vos enfants en cas de décès prématuré, et ce, même pour financer leurs études.


© Uni éditions – Marie Varandat – novembre 2012