Retour au site Crédit Agricole
Blog / EPARGNE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Livret A : quelles alternatives ?

20 jan
Livret A : quelles alternatives ?
EPARGNE

Janvier 2015

Parce que son taux de rémunération est tombé à 1 % exonéré d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux depuis le 1er août dernier, le Livret A (comme le Livret de développement durable), produit d’épargne de court terme par excellence, est devenu nettement moins attractif. De plus en plus d’épargnants souhaitent désormais s’orienter vers d’autres placements.

Le Plan épargne logement en tête

Avec une rémunération actuelle et annuelle de 2% brut au 1er février 2015, soit 1,69% nets de tous prélèvements sociaux, le PEL (Plan épargne logement) reste un placement intéressant. Pour mémoire, son fonctionnement s’articule en deux temps : une phase d’épargne d’une durée minimale optimale de 4 ans pendant laquelle on peut verser jusqu’à 61 200 €, suivie le cas échéant d’une phase d’emprunt destinée à l’acquisition de la résidence principale.
Par rapport aux autres placements, le PEL dispose de différents atouts :

  • son taux de rendement est garanti contractuellement pendant toute la durée du contrat ;
  • il est net d’impôt sur le revenu (mais pas de prélèvements sociaux) les 12 premières années, ce qui est particulièrement rare aujourd’hui.
  • enfin, contrairement aux idées reçues, l’argent n’est pas complètement bloqué. En effet, si le PEL est interrompu durant ses 2 premières années, son rendement est rétroactivement calculé au taux du Compte épargne logement (CEL) en vigueur au jour de la clôture, soit actuellement 0,63 % net (0,75 % brut, moins les prélèvements sociaux de 15,50 %). Et si le plan est clos entre son deuxième et son quatrième anniversaire, il n’y a aucun impact excepté le fait de ne pas pouvoir emprunter ultérieurement et percevoir, le cas échéant, la prime d’Etat.

Le Livret d’épargne populaire toujours en course

Pour ceux dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas certains plafonds (variables selon la composition de la famille), pourquoi se priver du Livret d’épargne populaire ? Le LEP a en effet un atout de taille par rapport au Livret A et au LDD : son taux d’intérêt annuel est actuellement de 1,50 % net d’ impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux et il peut abriter jusqu’à 7 700 € (hors capitalisation des intérêts). D’autant que du côté des formalités, les choses sont très simples : pour le souscrire, il suffit de présenter à sa banque son dernier avis d’imposition ou de non-imposition.

L’assurance vie, incontournable

Véritable couteau suisse en matière de placements, l’assurance vie peut elle aussi servir de réceptacle à vos liquidités… à condition de respecter certaines contraintes fiscales visant à avantager les projets de long terme (complément de revenus pour la retraite…) : même si son fonctionnement l’y autorise et même si l’épargne n’est jamais bloquée, ce contrat est peu adapté aux allers et retours d’argent incessants comme ceux qui peuvent être mis en place avec un Livret A (virements vers le compte courant…). En revanche, il peut parfaitement abriter une épargne de précaution le temps de trouver à l’employer !

Uni-éditions / MIG - février 2015