Retour au site Crédit Agricole
Blog / EPARGNE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Optez pour une épargne avantageuse !

30 jan
EPARGNE

Janvier 2009

Vérifiez que vous avez pris les bonnes options fiscales pour votre épargne. Si c’est le cas, vous pourriez bénéficier d’une réduction d’impôt.

Explications.

Si vous détenez un compte sur livret, un compte à terme, des obligations, des bons de caisse, des Sicav et FCP obligataires ou monétaires, ou un plan d’épargne logement de plus de douze ans, vous allez peut être économiser un peu d’impôt.

Un prélèvement qui libère de l’impôt

Tous les revenus des placements financiers ne sont pas soumis aux mêmes règles. Ceux du Livret de développement durable échappent à l’impôt.

Et puis il y a ceux – en général ils proviennent d’un placement bancaire – pour lesquels vous avez le choix du mode de taxation : barème progressif ou prélèvement forfaitaire libératoire (PFL).

Comme son nom l’indique, le PFL « libère » de toute formalité. C’est la banque qui, avant de porter les intérêts au crédit de votre compte, en prélève les taxes pour les verser au Trésor public.

N’oubliez pas les contributions sociales

Le taux du FPL se compose de deux parties. Les contributions sociales d’abord, au taux de 12,1 %.

Quel que soit le mode de taxation choisi, vous les réglerez de toute manière. Soit parce qu’elles seront incluses dans le taux du PFL (le taux de 18 devient 29), soit parce que vous les paierez après avoir acquitté votre impôt sur le revenu. Ensuite, le taux de l’impôt proprement dit.

Celui du PFL est fixé forfaitairement à 18 %. Celui de votre impôt sur le revenu dépend du niveau de vos ressources, car, en France, l’impôt est « progressif » : il augmente par paliers à chaque tranche de revenus. Si le taux qui s’applique à la fraction la plus élevée de vos ressources (le TMI en jargon fiscal) atteint ou dépasse 30 %, le PL vous favorise. Dans le cas contraire (a fortiori si vous êtes non imposable), mieux vaut l’annuler.

Sur le plan pratique

En général, parce que c’est plus simple et – surtout – parce que jusqu’à présent c’était souvent plus avantageux, lors de l’ouverture du compte ou de la souscription du placement, vous avez coché la case qui soumettait vos intérêts au PFL.

Vous pouvez revenir sur cette option quand vous le souhaitez.

Une seule contrainte : faire connaître ce choix à votre banquier au plus tard la veille du jour où les intérêts seront portés au crédit de votre compte. Dans la pratique, n’attendez pas le dernier moment pour lui demander un rendez-vous et vérifier avec lui quelle est la meilleure solution en ce qui vous concerne.


© Viviane Cartairade – Uni Éditions Février 2009