Retour au site Crédit Agricole
Blog / EPARGNE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Où placer son épargne à court terme et sans risque ?

18 nov
Où placer son épargne à court terme et sans risque ?
EPARGNE

Novembre 2013

Pouvoir disposer à tout moment de son épargne, tout en lui donnant un coup de pouce pour la dynamiser, c’est possible. Voici quatre pistes à explorer sans tarder.

Optimiser ses livrets d’épargne défiscalisés

Parfaitement sûrs, les livrets d’épargne réglementés sont le premier réceptacle de court terme auxquels il vous faut penser. Leurs atouts ? Une réelle disponibilité de votre argent et une rémunération qui n’est soumise ni à l’impôt sur le revenu, ni aux prélèvements sociaux, contrairement à toutes les autres formes de placement de court, de moyen ou de long terme. Sur un livret A, vous pouvez placer jusqu’à 22 950 €. Si votre épargne de précaution dépasse cette somme, vous pouvez placer l’excédent sur un livret de développement durable (LDD), à hauteur de 12 000 €. Ces deux livrets rapportent actuellement 1,25% net (ce taux est révisé 2 fois par an). Notez que si votre impôt sur le revenu est faible (en deçà de 769 € pour l’impôt payé en 2012), vous pouvez placer préférentiellement 7 700 € sur un livret d’épargne populaire (LEP) pour bénéficier d’une rémunération plus attractive, de 1,75% nette de tous impôts et prélèvements sociaux.

S’orienter vers les comptes sur livrets

Également appelés comptes sur livret ou “super” livrets, ces supports fonctionnent de la même façon que leurs homologues réglementés, à quelques nuances près. Ils ne comportent tout d’abord aucun plafond de versements : une fois le livret A et le LDD “remplis”, ils peuvent donc prendre le relais, sans contraintes de montants. Leurs intérêts sont ensuite soumis à l’impôt sur le revenu – selon le barème progressif ou au taux forfaitaire de 24% si le montant total des intérêts perçus au cours de l’année n’excède pas 2 000 € – et aux prélèvements sociaux au taux de 15,5 %. En contrepartie, ces livrets bénéficient souvent d’une rémunération plus importante que celle des livrets encadrés par l’État.

Opter pour un compte à terme

Avec un compte à terme (CAT), vous vous engagez à “bloquer” votre épargne pendant une certaine durée, connue à l’avance. En contrepartie, vous bénéficiez d’une rémunération dont le taux est garanti et également connu à l’avance. Ce choix vous permet de faire fructifier des sommes importantes en attente de réemploi, entre deux transactions immobilières ou entre le bénéfice d’une succession et un achat immobilier par exemple, sur une durée qui s’adapte à votre besoin. Il existe en effet de multiples comptes à terme, proposés sur des durées allant de un à plusieurs mois, voire plusieurs années : certains sont à taux fixe, d’autres à taux progressif ou variable, c’est-à-dire qui évolue à la hausse avec le temps. Les règles fiscales concernant les intérêts d’un compte à terme sont identiques à celle des livrets défiscalisés.

Coupler liquidités et objectif immobilier

En vue d’un projet immobilier à court ou moyen terme (dans les 5 ans par exemple), il peut être judicieux de placer une partie de votre épargne sur un compte épargne logement (CEL), avec un maximum de 15 300 €. Ce placement présente en effet de nombreux atouts : votre argent est disponible à tout moment, il est parfaitement sécurisé et il est rémunéré actuellement à 0,75%, hors prime d’État (qui s’ajoute, dans la limite de 1 144 €). Les intérêts acquis ne sont pas fiscalisés, mais sont soumis aux prélèvements sociaux. Avec un CEL ouvert depuis au moins 18 mois, vous pouvez en outre, et c’est tout son intérêt, bénéficier d’un prêt à taux préférentiel pour acquérir votre résidence principale ou y réaliser des travaux.

En savoir plus

Service public – Le compte épargne logement
Les clés de la banque – Mon épargne
Découvrir nos offres d’épargne


Uni-éditions – MIG –Décembre 2013