Retour au site Crédit Agricole
Blog / EPARGNE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Quel produit choisir pour préparer sa retraite : PERP, PERCO ou Assurance vie ?

08 oct
Quel produit choisir pour préparer sa retraite : PERP, PERCO ou Assurance vie ?
EPARGNE

Octobre 2014

Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients :

  • le PERP permet de bénéficier d’un avantage fiscal à l’entrée (déduction des versements du revenu imposable) et la sortie se fait obligatoirement lors du départ en retraite, sous forme de rente viagère garantie à vie (fiscalisée) ; il s’adresse en priorité aux actifs avec une tranche marginale d’imposition élevée et dont les revenus baissent fortement à la retraite ;
  • le PERCO est réservé aux salariés des entreprises qui l’ont mis en place ; dans ce contexte il permet de se constituer un capital avec l’aide de son entreprise (abondement) qui sera disponible lors du départ en retraite (capital ou rente) ; d’un point de vue fiscal les revenus et plus-values de placement sont exonérés d’impôt sur le revenu (prélèvements sociaux dus) lors du versement du capital ;
  • enfin l’assurance vie, souple et disponible à tout moment, en capital ou sous forme de rente ou de retraite partiels organisés, dispose d’avantages fiscaux sur les plus-values de placement et en matière de succession.

Dans le choix d’une solution épargne retraite, un certain nombre de critères doivent être pris en compte : durée, souplesse, disponibilité, niveau de risque. Intégrer la fiscalité permet également de booster la performance mais cela ne doit pas être le principal critère de choix d’un produit d’épargne retraite. Les différents solutions ne sont pas exclusives les unes des autres et peuvent donc être mixées.

Panacher PERP et Assurance Vie

Pour obtenir des revenus réguliers à la retraite et si l’on raisonne d’un point de vue strictement financier, des retraits partiels sur un contrat d’assurance vie peuvent être aussi intéressants, voire plus, que la rente viagère PERP, notamment :

  • en l’absence d’un levier fiscal PERP : c’est le cas si la tranche marginale d’imposition ne baisse pas à la retraite (la pression fiscale sur la rente sera équivalente à l’économie d’impôt réalisée sur les versements) ;
  • et surtout, en cas de décès prématuré : si le souscripteur vit moins longtemps que l’espérance de vie prévue par le tarif des rentes PERP (entre 93 et 96 ans suivant la génération) ; toutefois des annuités garanties peuvent être prévues au départ et/ou une réversion de la rente au bénéfice du conjoint.

Il est difficile cependant de se projeter dans l’avenir sur sa date de décès et d’anticiper les progrès de la médecine. Aussi, la logique financière ne doit pas être forcément recherchée dans le choix pour le PERP ou pour l’assurance vie. Il s’agit plutôt de faire le choix entre une épargne exclusivement dédiée pour sa retraite et une épargne plus souple.

Et pourquoi pas faire tout simplement un panachage des deux solutions, avec :

  • un PERP pour un petit complément de revenus, dès que l’on part à la retraite (maxi 10% de la pension de retraite, compte tenu de la limite de déduction fiscale de 10% et si l’on commence à épargner vers 40 ans),
  • et l’assurance vie en supplément et/ou pour toute autre utilisation (état de santé qui se dégrade, aider ses enfants, aménager son logement, etc…).