Retour au site Crédit Agricole
Blog / LOGEMENT

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Les notaires tablent sur une baisse des prix de l’immobilier en France

29 mai
LOGEMENT

Mai 2012

Après une année 2011 où le nombre de transactions a atteint un record historique, les notaires estiment que le secteur de l’immobilier devrait connaître une baisse des prix en 2012, voire en 2013.

Chute amorcée dès la fin 2011

Comme chaque année, les notaires publient leurs statistiques sur les prix de l’immobilier en France et, selon les chiffres compilés, le nombre de transactions a battu un record historique en 2011 avec un total de 858 200 actes signés, soit 9 % de plus qu’en 2010. Comme souvent lorsque la demande est plus forte, les prix augmentent et le secteur de l’immobilier n’échappe pas à la règle. Le succès de 2011 a provoqué une augmentation du prix des appartements de 6,5 % en France, pourcentage global qui masque toutefois de grandes disparités : 10,6% en Île-de-France, 9% dans les grandes villes telles que Bordeaux et Lyon mais une moyenne établie à 2,7% en province, soit à peine plus que l’inflation. Côté maisons, la hausse est moins importante : 5,7% en Île-de-France contre 1,3% en province, soit une moyenne nationale de 2,1%. Toutefois, dès le quatrième trimestre 2011, les notaires ont noté une légère baisse des prix, estimée à 0,4% pour les appartements et 1,4% (province) ou 1% (Île-de-France) pour les maisons.

Fin des mesures avantageuses

Pour les notaires, la baisse des volumes et des prix se poursuivra en 2012. Les records enregistrés en 2011 sont en effet en grande partie dus aux mesures en faveur de l’immobilier, dont le prêt à taux zéro (PTZ+), une fiscalité avantageuse sur les plus-values, et des taux de crédit immobilier qui sont restés très bas tout au long de l’année. Or, la plupart de ces mesures ont été revues. Ainsi, depuis la réforme du 31 décembre 2011, l’octroi d’un PTZ+ est soumis à des conditions de ressources, variables selon la zone géographique et la composition du ménage, et ce type de prêt ne peut plus financer que l’achat d’une résidence principale neuve, sauf exceptions prévues par la réforme (acquisitions d’HLM ou encore de biens ayant subis certains travaux). De plus, la loi de finance 2012 a prévu l’extinction du dispositif Scellier début 2013 avec, dès 2012, une restriction des avantages fiscaux aux seul logements BBC (bâtiment basse consommation). Enfin, les modifications apportées sur la taxation des plus-values, surtout quand il ne s’agit pas d’une résidence principale, sont désormais plus contraignantes, sans oublier le durcissement des conditions d’octroi de prêt des banques. Pour toutes ces raisons, les notaires s’attendent à une forte chute des volumes, aussi bien dans le neuf que dans l’ancien et, partant de ce principe, ils estiment que la forte baisse des investisseurs amènera les promoteurs à revoir leurs prix à la baisse. Dans les villes dynamiques et à Paris, la chute devrait toutefois être moindre que dans le reste de la France.

Plus d’info

Note de conjoncture immobilière des notaires de France : Analyse du marché au 3e trimestre 2011 et perspectives pour 2012 : www.notaires.fr/notaires/media/document/1311/136


© Uni-éditions – Marie Varandat – mai 2012