Retour au site Crédit Agricole
Blog / LOGEMENT

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Succès historique des SCPI en 2011

29 mai
LOGEMENT

Mai 2012

Avec un rendement annuel moyen net de 5,16% servi aux associés l’an dernier, les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ont été massivement plébiscitées par les Français en 2011 dans la mesure où elles constituent aujourd’hui un placement très avantageux.

Investir dans des titres immobiliers

Epargner en période de crise, quand les taux de rendement des produits classiques sont revus à la baisse et que le risque boursier est trop grand, constitue une gageure. Rien d’étonnant dès lors que les Français se tournent vers les valeurs refuges traditionnelles, dont l’immobilier. Phénomène nouveau, les épargnants plébiscitent depuis deux ans une forme de placement plus souple : les SCPI (sociétés civiles de placements immobiliers). L’idée ici n’est plus d’acquérir sa résidence principale ou secondaire mais de se constituer un patrimoine sous forme de titres en vue d’obtenir des revenus réguliers et une plus-value à la revente. L’année 2011 a été marquée par un record historique de la collecte nette avec 2,79 milliards d’euros, contre 2,45 milliards en 2010, selon l’Aspim (Association française des sociétés de placement immobilier), soit une augmentation de 14%. Mieux encore, l’an dernier, les SCPI ont confirmé leur statut de produit au rendement attractif, avec un taux annuel moyen net (hors SCPI fiscales) de 5,16% servi aux associés, taux légèrement en baisse par rapport à 2010 (5,63%) mais encore au-dessus de celui proposé par les emprunts d’Etat (3,16%) par exemple.

Prévisions 2012 plutôt rassurantes

Le léger repli du taux est en grande partie lié à la crise et toutes les catégories de SCPI ne sont pas impactées de la même manière. Ainsi, les SCPI classiques diversifiées, les plus nombreuses, ont subi la baisse la plus importante (3,84 %) en raison de la crise du logement. Les SCPI « murs de magasin » sont, en revanche, stables (0%) tandis que les « régionales » enregistrent une diminution de 0,4%, par exemple. Enfin, les SCPI fiscales plafonnent à 2-3% mais ce chiffre pourrait être amené à évoluer en raison des mesures de la loi des finances 2012 qui a revu les avantages fiscaux à la baisse.
D’après les experts, malgré la crise annoncée de l’immobilier pour 2012, le marché des SCPI devrait rester attractif. De fait, la plupart d’entre eux estiment que même, dans l’éventualité d’une catastrophe, les taux ne devraient pas chuter en deçà des 4% sur les SCPI classiques diversifiées, la catégorie la plus impactée par la crise.

Les 3 grandes catégories de SCPI

- Les SCPI « classiques diversifiés » privilégient le rendement et la diversification. Leur patrimoine est essentiellement constitué de locaux d’entreprises : bureaux, entrepôts, locaux commerciaux etc.
- Les SCPI « spécialisées » sont des titres concentrés sur une spécialisation économique ou géographique : murs de magasins, loi 1948, « plus-value » en vue d’une valorisation des immeubles…
- Les SCPI « fiscales » ont été créées dans le but de tirer avantage des dispositifs fiscaux. Leur rentabilité est souvent plus modeste mais peut être compensée par les déductions fiscales avantageuses.

Voir aussi sur Crédit Agricole e-immobilier :


© Uni-éditions – Marie Varandat – mai 2012