Retour au site Crédit Agricole
Blog / SANTE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Bars à sourire… prudence !

02 nov
SANTE

Novembre 2011

Le sourire ultra-bright est en vogue et les bars à sourire se développent en France. Moyennant 80 € environ, contre plus de 300 € chez un dentiste, ces nouvelles enseignes promettent de rendre à vos dents tout l’éclat de leur blancheur. Au-delà de l’aspect purement concurrentiel, l’Ordre national des chirurgiens-dentistes (ONC) s’inquiète du recours au peroxyde d’hydrogène pratiqué par ces bars nouvelle génération à des taux « qui dépassent les normes autorisées ». Revue de détail…

Le principe utilisé par ces enseignes est relativement similaire : après une évaluation de la couleur de votre dentition et un brossage, un gel est apposé dans une gouttière directement sur les dents. Le tout est ensuite exposé à une lampe à lumière pulsée pour faire réagir le gel. La plupart des instituts garantissent une différence de teinte dès la première séance (20 min) et le processus doit bien entendu être renouvelé régulièrement (tous les six mois, selon certaines enseignes) pour conserver la blancheur de ses dents.
Difficile de se faire une idée exacte sur l’efficacité de l’opération. Le fait est que ces instituts rencontrent un succès indéniable mais il suffit de consulter quelques forums pour se rendre compte que les avis des personnes ayant testé le procédé sont très partagés.

L’ONC s’inquiète de la vraie nature des produits utilisés

L’ONC se garde d’ailleurs de porter un avis sur l’efficacité. Ses alertes portent en effet sur le gel et ses effets. Un représentant de l’Ordre indiquait en effet à un de nos confrères que si les instituts n’utilisent pas directement de peroxyde d’hydrogène, produit plus connu sous le nom d’eau oxygénée, ils emploient en revanche du perborate de sodium. Or, au contact de l’eau, ce produit libère du peroxyde d’hydrogène. Rappelons que les vapeurs de peroxyde d’hydrogène provoquent des irritations des voies respiratoires, des yeux, de l’estomac ou encore des brûlures de la peau et des muqueuses. Ingéré à forte dose, le produit peut même provoquer une perforation de l’œsophage et de l’estomac.
Rien d’étonnant dès lors que l’ONC ait jugé utile de multiplier les messages de prudence. L’Ordre a même saisi la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et la Direction générale de la santé (DGS) ou encore le cabinet de la ministre de la Santé. Pour l’heure, et ce malgré des contrôles effectués par différents organismes, les pratiques des bars à sourire n’ont pas été remises en cause. A noter néanmoins que l’Afssaps (l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a reconnu que le produit utilisé était reprotoxique, c’est-à-dire néfaste pour la fertilité…

Plus d’info :
Lettre de septembre de l’ONC : www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr/uploads/media/La_Lettre_101.pdf


© Marie Varandat – Uni-éditions – novembre 2011