Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole Normandie-Seine - Banque et Assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Rapports d'activités

  • 2017 - Rapport Coopératif et Territorial
  • 2016 - Rapport Coopératif et Territorial
  • 2015 - Rapport Coopératif et Territorial
  • 2014 - Rapport d'Activité
  • 2013 - Rapport d'Activité
  • 2012 - Rapport d'Activité

Communiqués financiers

 

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

 

Retour au sommaire

 

COMPTES INACTIFS

La loi n°2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence est entrée en vigueur le 1er janvier 2016.

Elle a pour but d'inviter les établissements de crédit à détecter l'inactivité des comptes (ou coffres-forts) bancaires ouverts en leurs livres, à rechercher la cause de cette inactivité qui peut résulter d'un oubli ou du décès du titulaire, et à informer les personnes intéressées des conséquences potentielles de cette inactivité.

Un compte est considéré comme inactif dès lors :

  • qu'il n'a enregistré aucun mouvement pendant une période de 12 mois consécutifs (5 ans pour un compte-titres ou compte épargne) ;
  • et que son titulaire (son représentant légal ou une personne habilitée) ne s'est pas manifesté auprès de l'établissement teneur du compte, ni n'a effectué aucune opération sur un autre compte ouvert à son nom dans le même établissement, pendant cette même période.

Lorsque le titulaire du compte est décédé le compte est considéré comme inactif à l’issue d’une période de douze mois suivant le décès au cours de laquelle aucun de ses ayants droit n’a informé l’établissement tenant le compte de sa volonté de faire valoir ses droits sur les avoirs et dépôts qui y sont inscrits.

Les coffres-forts font l’objet de règles spécifiques précisées au VI de l’article L. 312-20 du Code monétaire et financier.A chaque étape du traitement (détection des comptes en inactivité, transfert des fonds à la Caisse des dépôts et consignations), une information est faite auprès du titulaire, de son représentant légal, de la personne habilitée par lui ou, le cas échéant, de ses ayants droit connus de l’établissement.

 

Produits concernés

Cette loi s’applique désormais aux comptes ouverts à des particuliers, à des sociétés, associations, comité d’entreprises et autres personnes morales.

D'autre part, elle vise notamment:

  • Les comptes de dépôt et comptes courants ;
  • Les comptes d’épargne réglementée ou non ;
  • Les comptes de titres financiers (incluant donc les certificats coopératifs d’investissement) et comptes parts sociales;
  • Les coffres-forts.

 

Transfert des fonds à la Caisse des dépôts et consignations

En l'absence de manifestation du client ou d'opération sur le compte, l'établissement de crédit dépose le solde des comptes restés inactifs à la Caisse des dépôts et consignations  :

  • à l'issue d'un délai de 3 ans suivant le décès du titulaire du compte ;
  • à l'issue d'un délai de 10 ans suivant le début de la période d'inactivité du compte si le titulaire est en vie ;
  • pour les plans d'épargne-logement à l'issue d'un délai de 20 ans suivant le début de la période d'inactivité du plan d'épargne-logement, si le titulaire ne détient aucun autre compte dans le même établissement.

Les sommes non réclamées par leurs titulaires ou leurs ayants droit seront acquises à l'Etat :

  • à l'issue d'un délai de 27 ans à compter de leur dépôt à la Caisse des dépôts et consignations dans le cas des personnes défuntes ;
  • à l'issue d'un délai de 20 ans à compter de la date de ce dépôt si le titulaire est en vie ;
  • à l'issue d'un délai de 10 ans à compter de la date de ce dépôt si le compte concerné était un plan d'épargne-logement et que le titulaire vivant ne détenait aucun autre compte dans le même établissement.

Les avoirs en instruments financiers font l’objet d’une liquidation par l’établissement de crédit qui ne peut être tenu responsable des effets de la liquidation sur la valeur des avoirs. Le dépôt, à la Caisse des dépôts et consignations, du solde des comptes restés inactifs ou du produit de la liquidation des titres inscrits sur un compte inactif entraîne la clôture de ces comptes.

Pour plus d'informations sur la loi du 13 juin 2014 relative aux comptes inactifs, vous pouvez :

 

Retour au sommaire

BILAN DU CONTRAT DE LIQUIDITÉ

2018


2017


2016


2015


2014


2013


2012


2011


2010


2009

Retour au Sommaire

RAPPORT SUR LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

2018

2017

 

Retour au sommaire

RAPPORT SUR LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE ET LE CONTRÔLE INTERNE

2016


2015


2014


2013

  • Rapport du contrôle interne et gouvernement d'entreprise (exercice 2013)


2012


2011

  • Rapport du contrôle interne et gouvernement d'entreprise (exercice 2011)


2010


2009

 

Retour au sommaire

COMMUNIQUÉ SUR LES HONORAIRES DES CAC

2018


2017


2016


2015


2014


2013


2012


2011


2010


2009

 

Retour au sommaire

RÉSULTATS ET PERSPECTIVES

 

Communiqué Financier Annuel (février 2018)

 

Retour au sommaire

RECOMMANDATIONS AFEP-MEDEF

Recommandations sur la rénumération des dirigeants mandataires sociaux

Le Conseil d’Administration de la Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel de NORMANDIE-SEINE, dans sa séance du 19 décembre 2008, a pris connaissance des recommandations AFEP-MEDEF du 6 octobre 2008 sur la rémunération des dirigeants mandataires sociaux des sociétés cotées. Il considère que ces recommandations s’inscrivent dans la démarche de gouvernement d’entreprise de la Caisse régionale. 

En conséquence, en application de la loi du 3 juillet 2008 transposant la directive communautaire 2006/46/CE du 14 juin 2006, le code AFEP-MEDEF ainsi modifié est celui auquel se réfèrera la Caisse régionale pour l’élaboration du rapport prévu à l’article L.225-37 du Code de commerce

 

Retour au sommaire

DIRECTIVE EUROPÉENNE MIF

Directive Européenne sur les Marchés d'Instruments Financiers « (MIF2) »

La directive 2014/65/UE du Parlement européen et du Conseil, du 15 mai 2014 concernant les marchés d’instruments financiers, dite directive « MIF2 », révise la directive sur les marchés d'instruments financiers (« MIF »).

Cette directive « MIF2 » vise notamment, à renforcer la protection des investisseurs et la transparence des marchés financiers. 

Dans ce cadre, le Groupe Crédit Agricole prend toutes les mesures nécessaires pour :
- Déterminer un niveau de protection et d’information en fonction du risque lié aux produits et à la connaissance et l’expérience du client, 
- Mettre l’accent, lors des entretiens dédiés aux placements, sur l’adaptation du produit à l’attente du client, 
- Et, prendre en compte pour chaque client, sa situation financière, sa capacité à subir des pertes, sa tolérance au risque, et ses objectifs d’investissement. 
Par cette démarche, le Groupe Crédit Agricole poursuit son objectif de proposer l’offre la mieux adaptée à ses clients et à leurs attentes. 

Pour en savoir plus, nous mettons à votre disposition plusieurs documents que vous pouvez consulter en cliquant sur le lien correspondant :

Votre conseiller en agence se tient à votre disposition pour tout complément d’information. 

 

Retour au sommaire

CERTIFICATS COOPÉRATIFS D'INVESTISSEMENT


Programme de rachat  
Descriptif du programme de rachat CCI
 

Transfert des contrats de liquidité de CCI détenus par CASA

Retour au sommaire