Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole Normandie - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Comment réduire ses charges de copropriété

04/09/2019 - 3 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Logement #Argent #Décryptage

tout un mag pour vous

Comment réduire ses charges de copropriété

Vos charges de copropriété augmentent régulièrement sans que cela ne vous semble toujours justifié ? D’après l’ARC (Association des Responsables de Copropriétés), les dépenses en copropriété ont augmenté bien plus vite que l’inflation ces dernières années. Elles représentent en moyenne 12% des revenus des copropriétaires*, les deux tiers de ces dépenses correspondant à des frais de chauffage, de personnel et d’entretien. Comment freiner ces dépenses, voire faire baisser le montant des charges de copropriété ? Voici quelques pistes.

CONTRÔLER LA CONSOMMATION D’ÉNERGIE

Principal poste de dépense dans une copropriété s’il est collectif, le chauffage représente quasiment 25% des charges d’un immeuble. Les vieux bâtiments mal isolés sont bien sûr les plus mal lotis... Quelques recommandations pour mieux maîtriser la consommation énergétique de votre bâtiment :

  • faire contrôler et entretenir régulièrement le système de chauffage collectif (c’est obligatoire, au moins une fois par an) pour en maximiser le rendement
  • optimiser le fonctionnement de votre chaudière : régler l’appareil à une température constante, réguler le temps de chauffage, etc
  • examiner les contrats de fourniture et d’entretien (ancienneté, tarifs) pour éventuellement les mettre en concurrence ; vérifier s’ils sont bien adaptés à la taille à la copropriété, car ils sont parfois surdimensionnés par rapport aux besoins réels de la copropriété
  • envisager des travaux de rénovation énergétique (exemple : isolation des façades de l’immeuble)
  • éviter le gaspillage dans les parties communes : installer une minuterie pour la lumière, penser à bien fermer les portes en hiver, etc. Et pourquoi pas, sensibiliser votre voisinage, par exemple à l’aide d’un affichage courtois dans les parties communes

METTRE EN CONCURRENCE RÉGULIÈREMENT LES PRESTATAIRES DE SERVICE

Demandez à votre syndic de mettre les prestataires de la copropriété en concurrence (nettoyage des parties communes, élagage, ascensoriste, etc.). C’est l'occasion de décrocher de meilleurs tarifs, mais aussi de faire baisser le prix de certains contrats existants. Cette mise en concurrence vous permettra par exemple de supprimer des services d’entretien inutiles au profit de services qui ne nécessitent que des interventions ponctuelles.

De la même façon, il est recommandé de remettre en concurrence tous les 3 à 5 ans le contrat d’assurance multirisques immeuble, surtout si le taux de sinistralité de votre immeuble est bas.

Autre solution : faire par vous-même ! Vous habitez dans une petite copropriété où tout le monde s’entend bien ? L’entretien de petits espaces verts ou encore le nettoyage de parties communes n’est pas insurmontable si chacun est prêt à participer ! Avec à la clé, des économies non négligeables.

NÉGOCIER LES HONORAIRES DE SYNDIC

Le coût moyen d’un syndic professionnel en France se situait entre 120 et 250€ (340€ à Paris) par lot et par mois en 2018 (source : Syneval). Et depuis quelques années, avec la multiplication des dispositions devenues obligatoires dans le cadre de la loi ALUR, alourdissant le métier de syndic, le montant des prestations subissent de fortes hausses, allant jusqu’à 20% par an dans certaines grandes villes.

Mais tous les 3 ans, le conseil syndical a l’obligation de mettre en concurrence plusieurs projets de contrat de syndic avant la tenue de l’assemblée générale. Le contrat type désormais imposé par la loi ALUR facilitant la comparaison des contrats de syndic, le syndicat des copropriétaires peut négocier plus facilement les frais de gestion de la copropriété.

CHANGER DE SYNDIC

Votre syndic n’est pas prêt à faire d’efforts ? Alors il est peut être temps d’en changer. Voici comment faire :
 

 

Une autre possibilité : opter pour le syndic en autogestion (ou syndic bénévole). Ce choix permet à la copropriété d’économiser le montant non négligeable des honoraires de syndic. Mais attention, l’autogestion d’immeuble est plutôt adaptée aux petites copropriétés, avec un conseil syndical motivé et impliqué. Ce rôle suppose des responsabilités juridiques et la prise en charge des tâches de gestion de la résidence.

BAILLEURS : NE PAS OMETTRE LES CHARGES RÉCUPÉRABLES AUPRÈS DU LOCATAIRE

Si vous êtes bailleur, vous pouvez récupérer auprès de votre locataire une partie des charges liées au bien que vous louez. La liste de ces charges récupérables est fixée par le décret du 26 août 1987, mais aussi par de nombreuses décisions de jurisprudence. Il s’agit notamment :

- des frais d’entretien courant et de petites réparations dans les parties communes de l’immeuble qui profitent au locataire :

  • nettoyage
  • entretien des espaces verts
  • entretien de l’ascenseur

- ainsi que des taxes locatives :

  • enlèvement des ordures ménagères
  • balayage
  • redevance d’assainissement, etc


Bien sûr, le montant des charges récupérées par le propriétaire bailleur, doit être justifié (factures, etc.).


    Pour en savoir plus : Découvrez Cotoit, le syndic en ligne, filiale de Crédit Agricole Centre Loire


*
Source : Enquête ELABE pour le Crédit Foncier : “les Français et la Copropriété”, novembre 2018

 

© Cotoit – Septembre 2019

Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.