Retour au site Crédit Agricole
Le blog des collectivités / Général

Une sélection d’actualités générales et financières utiles pour votre collectivité

Comme attirer les jeunes médecins sur son territoire

21 oct
Comme attirer les jeunes médecins sur son territoire
Général

Octobre 2015

L’installation de jeunes médecins a fait l’objet de plusieurs mesures adoptées aux comités interministériels aux ruralités des 13 mars et 14 septembre 2015. Le Commissariat général à l’égalité des territoires va plus loin. Dans une note, il décrit les facteurs d’attractivité et fait des propositions pour faciliter les installations hors agglomérations.

Dans les années 1980, le grand Sud-Est avait la préférence des jeunes médecins. Dans les années 1990, ils étaient davantage attirés par la façade atlantique. Dans les années 2000, ils ont opté pour les agglomérations et leurs services et loisirs. Comme le souligne "En bref" n° 4 (septembre 2015), nouvelle publication du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), leurs aspirations ont évolué. Ils souhaitent désormais concilier vie professionnelle et épanouissement personnel, maîtrise de leurs horaires et exercice dans un cadre sécurisé.

Former, regrouper, aider financièrement…

Certains territoires répondent mieux que d’autres aux attentes de ces jeunes médecins. Le CGET décrit trois leviers pour favoriser leur installation. Le premier consisterait à développer une formation initiale locale, avec maîtres de stage exerçant sur le territoire, accompagnement et aides pour faciliter la venue de stagiaires et remplaçants. Le second a trait au cadre d’exercice : regroupement, salariat, maîtrise du temps de travail, temps partiel sur plusieurs lieux, possibilité d’exercice libéral sans installation définitive, décharge de tâches extra-médicales. La troisième proposition du CGET met l’accent sur une communication qui se ferait à l’échelle régionale, auprès des internes et jeunes généralistes, avec promotion des territoires et incitations financières pour compenser les freins et faiblesses locales.
Des bonnes pratiques peuvent se révéler incitatives. Le CGET cite ainsi un guide destiné aux maîtres de stages réalisé par le syndicat d’agglomération nouvelle de Sénart (Seine et Marne) et le pôle multi-sites du pays des Combrailles (Puy-de-Dôme) qui mutualise des moyens, met en réseau et fait coopérer les professionnels de santé.

Une bourse pour les étudiants s’engageant à exercer en zone rurale

Ces incitations pourraient compléter celles adoptées aux comités interministériels aux ruralités des 13 mars et 14 septembre 2015 qui prévoient une rémunération collective d’équipes de soins de proximité. Ces dispositifs pourront ainsi offrir de nouveaux services (un millier d’ici 2017), la création de comités territoriaux de santé pour unifier l’action des élus et des agences régionales de santé, la signature de 200 contrats de praticien territorial en médecine ambulatoire, ainsi qu’une rémunération complémentaire en zone isolée. Autre enjeu de taille : la signature, d’ici à 2017, de 1 700 contrats de service public assortis d’une bourse pour les étudiants en médecine s’engageant à exercer en zone rurale. À cette échéance, l’objectif de 1 000 maisons ou pôles de santé devrait être atteint.


© Martine Merlin – MIG/Uni-éditions – octobre 2015