Retour au site Crédit Agricole
Le blog des collectivités / Général

Une sélection d’actualités générales et financières utiles pour votre collectivité

L’engagement des communes dans la transition énergétique

21 juin
Général

Juin 2013

Les collectivités territoriales sont au cœur de la transition énergétique, grand défi des années à venir. Dans ce cadre, l’Association des maires de France (AMF) a récemment publié ses propositions sur le rôle des collectivités en matière de transition énergétique.

Le débat national sur la transition énergétique a été officiellement lancé avec la première réunion de son Conseil national, le 29 novembre. C’est l’un des grands chantiers du Gouvernement. Il s’agit de parvenir à un modèle plus économe, davantage basé sur les énergies renouvelables plutôt que fossiles, et d’en faire un levier pour une nouvelle forme de croissance verte. À l’instar du développement durable, celle-ci s’appuie sur trois piliers : écologique, économique et social.

La transition énergétique présente en effet des opportunités pour les territoires, avec des retombées pour le tissu économique local et les utilisateurs.

Ce défi écologique, social (il doit permettre de réduire la précarité énergétique) et économique concerne directement les élus locaux, qui sont en première ligne sur les territoires.

Les solutions de l’AMF
L’Association des maires de France (AMF) a publié début avril sa contribution au débat national sur la transition énergétique. Il s’agit de réaffirmer l’engagement du bloc communal pour mettre en œuvre la transition énergétique, « dans le cadre d’une véritable solidarité sociale et territoriale ». L’enjeu est de conserver le pouvoir décisionnel des élus locaux sur le sujet et non de les reléguer à une position de simples exécutants.

Sur les grandes questions du débat national, l’AMF apporte des propositions. Ainsi, pour aller vers la sobriété énergétique, les élus estiment que « des réponses opérationnelles doivent être enfin trouvées pour accompagner le financement de la transition énergétique ». Le rôle de l’ingénierie technique et financière est ici primordial.

Sur le choix à opérer en matière d’énergies renouvelables et de nouvelles technologies et sur la stratégie de développement durable à mettre en œuvre, l’Association rappelle les marges de manœuvre réduites des collectivités. Toutefois, elle estime qu’il « est nécessaire, afin de leur permettre de remplir efficacement leur rôle, de mettre en place des conditions et des modalités de soutien aux filières facilitant l’implication des communes en préservant la nécessaire péréquation tarifaire ».

Le financement de la transition énergétique
Enfin, en ce qui concerne les coûts de la transition énergétique et leur financement, l’AMF rappelle que cette transition implique « une réflexion globale sur les territoires à travers le développement résolu des politiques territoriales de développement durable et de lutte contre les changements climatiques ». Les documents existants (agendas 21, plan climat-énergie territoriaux) et compétences et opérations courantes des collectivités confèrent aux élus locaux un rôle primordial.

Pour favoriser la mise en œuvre de la transition énergétique, l’AMF insiste sur trois points particuliers : la nécessaire simplification des normes, un financement pérenne des investissements et la mise en place d’incitations financières.

AMF – Contribution de l’AMF au débat national sur la transition énergétique


© Uni-éditions – MIG – mai 2013