Retour au site Crédit Agricole
Le blog des collectivités / Général

Une sélection d’actualités générales et financières utiles pour votre collectivité

Politiques urbaines et biodiversité

02 avr
Général

Avril 2012

La rencontre « Politiques urbaines et biodiversité », organisée par la ville de Paris et l’agence Natureparif témoigne de l’engagement des collectivités en faveur de la préservation de la biodiversité et des écosystèmes.

L’Union internationale pour la nature (UICN) estime que le taux d’extinction des espèces est aujourd’hui 100 à 1 000 fois plus élevé que le taux d’extinction naturel. Au niveau mondial, l’ensemble des acteurs se sont mobilisés en faveur de cette cause d’intérêt général. Cela s’est concrétisé à l’automne 2010 à Nagoya (Japon), à l’occasion de la 10e conférence des parties (COP10) de la Convention pour la diversité biologique. Le protocole qui en est issu a donné lieu à l’adoption d’un plan stratégique 2011-2020 pour stopper la perte de la biodiversité mondiale. Cette mobilisation internationale implique des acteurs de divers niveaux, au rang desquels les collectivités.

Échanger sur le sujet

Les collectivités territoriales disposent de leviers d’action pour enrayer la perte de la biodiversité. C’est dans le but de partager leurs initiatives que la rencontre «  Politiques urbaines et biodiversité : pourquoi les villes et agglomérations doivent agir et comment ? » a été organisée le 24 janvier 2012 par la Mairie de Paris et Natureparif, en collaboration notamment de l’Association des maires de France (AMF), l’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF), l’Association des communautés urbaines de France (ACUF) et l’Assemblée des communautés de France (AdCF). « Ce rendez-vous fait suite aux accords signés à Nagoya : les autorités locales s’y sont engagées à agir pour préserver la biodiversité, il s’agit de présenter le travail accompli et d’en témoigner au niveau international lors de la prochaine COP, à Hyderabd en Inde, en octobre prochain », indique Gilles Lecuir, responsable du pôle forum des acteurs de Natureparif.

Agir au niveau local

« Les villes sont des écosystèmes à part entière, il faut améliorer leurs rapports à la nature environnante », précise Gilles Lecuir. Elles doivent donc renforcer la place de la nature sur leur territoire. L’étalement urbain fait également partie des sujets de réflexion. « La ville grignote la nature, ce qui a un impact sur les milieux naturels », note-t-il. La préservation de la biodiversité est en lien avec de nombreuses politiques jugées prioritaires telles que la santé, l’alimentation, l’urbanisme ou le tourisme. Les collectivités peuvent donc encourager des modes de vie et de consommation plus sobres.
« Les grandes villes peuvent intervenir pour la sauvegarde de la biodiversité mondiale en apportant des financements et leur expertise, ainsi qu’en changeant leur comportement », explique Gilles Lecuir. Les villes concentrent une part croissante de la population : plus de 50 % de la population vit en zone urbaine dans le monde, 75 % en France. « Elles ont un rôle primordial sur l’éducation et la sensibilisation ».

Chaque échelon a son rôle à jouer, en se coordonnant avec les autres : «  La commune travaille sur les actions au quotidien et sur la sensibilisation, l’intercommunalité sur l’organisation du territoire, le département sur les politiques d’espaces naturels sensibles, et la région sur les continuités écologiques et les réserves naturelles », précise Gilles Lecuir. Au niveau très local, la première étape peut se matérialiser par la mise en place d’une politique zéro pesticide. La gestion écologique des espaces verts a des effets immédiats sur la biodiversité.
Afin de valoriser les communes franciliennes engagées dans cette démarche zéro pesticide, Natureparif a élaboré une cartographie consultable sur son site.

Pour en savoir plus :
www.natureparif.fr


© Jaumette Harang – Uni-éditions – mars 2012