Retour au site Crédit Agricole
Le blog des collectivités / Général

Une sélection d’actualités générales et financières utiles pour votre collectivité

Recyclage des métaux, enjeu de l’économie verte

24 aoû
Général

Août 2011

Vers une société du recyclage ? Elle n’en est qu’à ses balbutiements. Certaines filières, notamment celles des métaux, sont sous-exploitées. Leur développement doit permettre de limiter la dégradation de l’environnement liée à leur extraction et, surtout, contribuer à la transition vers une économie verte.

Afin de valoriser les déchets, le recyclage dispose actuellement de grandes filières bien établies : le verre, le plastique, le papier et le carton, l’acier et l’aluminium, les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Il apparaît que des progrès doivent encore être réalisés, comme en témoignent deux rapports présentés le 26 mai par la Commission européenne et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Tous deux « appellent à un changement radical dans la façon dont nous utilisons les ressources rares ». Les deux rapports, élaborés par le Panel international des ressources (cf. note), indiquent que le taux de recyclage des métaux est « dans de nombreux cas très inférieurs à leur potentiel de réutilisation ». Pourquoi est-ce stratégique ?

Les enjeux

La plupart des métaux peuvent être réutilisés à de nombreuses reprises, voire à l’infini dans le cas de l’aluminium. Leur recyclage a une utilité indéniable, il permet de préserver les ressources de la planète et de minimiser l’impact de leur extraction et de leur traitement. D’après le rapport du PNUE, le processus d’extraction représente à lui seul « 7 % de la consommation énergétique mondiale, associée à des émissions de CO2 qui contribuent au changement climatique ». Le traitement des matières premières vierges est, quant à lui, gourmand en eau et en énergie.

En parallèle, le rapport de la Commission met l’accent sur le découplage entre taux de croissance économique et taux d’utilisation des ressources. Il indique que l’activité d’extraction de minéraux et de minerais a été multipliée par 27 durant le XXe siècle, un rythme supérieur à celui de la croissance du PIB sur la même période. Les ressources ne sont pourtant pas infinies et l’ère des minerais accessibles et bon marché arrive à son terme. C’est l’existence de certaines technologies modernes qui est remise en question : le niveau de consommation actuel n’est pas tenable. D’où la nécessité d’engager des efforts dans la collecte et le recyclage des métaux et minerais*.

Pour établir un état des lieux, ce sont 60 éléments qui ont été étudiés afin de déterminer leur taux de recyclage. Les résultats sont parlants : seuls 18 d’entre eux connaissent un taux de recyclage supérieur à 50 %, au premier rang desquels le plomb, utilisé principalement dans les batteries. Viennent ensuite l’or et l’argent, pour la bijouterie et l’électronique, et on notera l’aluminium, l’étain, le cuivre, le zinc et le fer.

Un constat inquiétant émane du rapport, 34 éléments ont un taux de recyclage inférieur à 1 %, alors même qu’ils jouent un « rôle crucial dans les technologies propres, comme les batteries de voitures hybrides ou les aimants d’éoliennes ».

Les principales recommandations

Le PNUE préconise de développer la gestion des déchets dans les pays en développement et de résoudre l’élimination des vieux téléphones et d’autres produits en fin de vie dans les pays développés. Pour doper le recyclage des métaux dans le monde entier, une recommandation très prosaïque : inciter les ménages des pays développés « à ne pas laisser dormir leurs vieux appareils électroniques dans les tiroirs et les placards ». C’est à ce niveau que les collectivités locales peuvent intervenir, notamment par des campagnes de communication, de sensibilisation et de prévention. En diffusant une information locale, les élus ont la possibilité d’ouvrir une réflexion afin de faire de l’habitant un acteur.

Le fait d’encourager la conception de produits facilitant le désassemblage et la séparation des différents métaux peut également permettre de renforcer le recyclage.

Son intensification doit également passer par une amélioration des systèmes de collecte et des technologies de recyclage.

A noter, le bilan environnemental des filières de recyclage a été analysé par une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie (Ademe). Certaines filières sont en effet en butte aux critiques concernant la consommation d’énergie entraînée et les pollutions que le processus peut générer. Cette étude fait le point sur l’état des connaissances sur l’analyse des cycles de vie (ACV). Elle indique que le bénéfice en terme d’impact environnemental du recyclage des emballages en acier et en aluminium est positif sur la plupart des points.

Pour en savoir plus
- Le Panel international des ressources a été lancé en 2007 et a pour mission de « fournir la dynamique scientifique visant à découpler la croissance économique et l’utilisation des ressources de la dégradation de l’environnement ».
- Communiqué de presse de la Commission : Environnement : faut-il laisser l’utilisation des ressources tripler d’ici 2050 ou améliorer l’efficacité et le recyclage ?
- Etude de l’Ademe

* Un minerai est un minéral contenant un certain pourcentage de substances utiles à l’homme (fer, cuivre, cobalt, chrome…).


© Jaumette Harang – Uni-éditions – juillet 2011