Retour au site Crédit Agricole
Le blog des collectivités / Général

Une sélection d’actualités générales et financières utiles pour votre collectivité

Téléphonie mobile : les "zones blanches" dans le collimateur du gouvernement

26 jan
Téléphonie mobile : les "zones blanches" dans le collimateur du gouvernement
Général

26 janvier

Afin de résorber en France le nombre de zones sans couverture mobile, comme le prévoit la loi Macron, un arrêté donne la liste des communes non couvertes. Se pose pour celles-ci l’épineuse question du financement.

Un arrêté ministériel, publié au Journal officiel le 5 novembre 2015, livre une liste de 171 communes dépourvues de toute couverture mobile. Celles-ci s’ajoutent aux 67 communes précédemment recensées, ce qui porte le nombre total à 238. La loi Macron du 6 août 2015 avait prévu que le nom de toutes ces communes, pour lesquelles il est « particulièrement urgent d’intervenir », soit divulgué trois mois après la promulgation de la loi. Cette dernière entend en effet achever le programme de résorption des zones blanches de la téléphonie mobile en France pour toutes ces collectivités.

De fortes disparités sur le territoire

Le nombre de communes concernées varie de façon importante selon les régions. Ainsi, en Île-de-France, on ne comptabilise aucune commune en "zone blanche", alors que dans le Languedoc-Roussillon (36), Midi-Pyrénées (30) ou Bourgogne (24), des dizaines ne sont toujours pas couvertes. Entre les deux, des régions comme la Bretagne, le Centre ou l’Auvergne, présentent une seule commune concernée par le plan, tandis que la Lorraine et le Limousin en possèdent respectivement quatre et trois… Et la Provence-Alpes-Côte d’Azur six, avec notamment le petit village de Vérignon, limitrophe du camp militaire de Canjuers dans le Var.

Reste que les communes concernées ne se limitent vraisemblablement pas aux 171 citées par le décret. Selon l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel, Avica, "des compléments pourraient être apportés au cours des prochains mois afin d’obtenir une vision plus réaliste de la couverture mobile du territoire". Il est donc prévu par l’État de "compléter la liste dans les prochaines semaine". En outre, le texte ne vise pas la totalité du territoire des communes non couvertes, mais uniquement le "centre-bourg".

Qui finance quoi ?

Au-delà du nombre, le financement des mesures correctives reste flou. Pour l’instant, la charge des pylônes incombe aux communes, tandis que les 4 opérateurs de téléphonie mobile doivent, selon l’article 129 de la loi Macron, les équiper d’antennes. Mais l’Association des maires de France (AMF) redoute que les capacités financières des collectivités locales ne suffisent pas. À noter que la loi prévoit également que les 4 opérateurs équipent en internet mobile (3G ou 4G) d’ici à fin juin 2017 quelque 2 200 communes rurales qui n’ont pour l’instant accès qu’au réseau de téléphonique mobile (2G). Les 171 communes du nouveau programme sont également ciblées par ces dispositions.


© Philippe Houdart – Uni-éditions – décembre 2015