Retour au site Crédit Agricole
Le blog des collectivités / Général

Une sélection d’actualités générales et financières utiles pour votre collectivité

Tourisme : des pistes pour mieux exploiter le patrimoine

07 avr
Tourisme : des pistes pour mieux exploiter le patrimoine
Général

il y a 4 mois

Un rapport parlementaire dresse 54 pistes pour mieux gérer et tirer parti du patrimoine national. Un enjeu stratégique pour le tourisme hexagonal, en particulier pour les territoires ruraux.

Le patrimoine joue un rôle majeur dans l’attractivité touristique du pays et mérite d’être mieux exploité. Cet axiome constitue l’une des idées fortes du sénateur Martin Malvy, auteur d’un volumineux rapport sur le sujet. L’auteur, également président de Sites et Cités Remarquables de France (une association née de la fusion de l’Association nationale des villes et pays d’art et d’histoire et des Villes à secteurs sauvegardés et protégés), a été auparavant président de la région Midi-Pyrénées et durant de longues années, maire de Figeac, citée au patrimoine particulièrement remarquable.
 

Un déséquilibre flagrant

Martin Malvy rappelle que si le patrimoine est essentiel dans l’attractivité touristique de la France, les chiffres manquent pour le quantifier. On sait seulement que pour un touriste étranger sur deux (42 millions de personnes), la culture constitue l’une des raisons de sa venue en France. Autre faiblesse : musées et monuments sont encore trop souvent à l’écart des grands circuits touristiques. Le rapport pointe aussi le déséquilibre très important entre le pouvoir d’attraction de Paris et celui des autres régions françaises. Sur les 17 sites affichant plus d’un million de visiteurs annuels, 14 se situent à Paris ou à proximité, comme par exemple Versailles. Dans le même ordre d’idée, le financement des Directions régionales de la culture (Drac) penche lourdement en faveur de l’Île de France.
 

Cinq axes de développement

Or, estime le rapport, avec 14 000 monuments classés et 42 sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, la France possèdent des atouts majeurs partout sur son territoire. Des trésors qui seraient encore trop souvent sous-exploités. Pour inverser cette tendance, le texte propose une série de mesures très concrètes organisées selon 5 axes majeurs. Il conviendrait, pour commencer, d’améliorer et renforcer les synergies entre les acteurs concernés. Le rapport préconise ainsi de rationaliser les labels ; il en recense 37. À la place de tous ces signes, pourrait être développée une signature commune intitulée « Patrimoines de France ». Le rapport insiste aussi sur la nécessité de mieux adapter l’offre aux nouvelles attentes des touristes. Il détaille un certain nombre de mesures simples pour s’en rapprocher, notamment les offres groupées à l’échelle d’une ville ou de plusieurs sites (par exemple, d’un département) qui seraient efficaces. Les auteurs jugent aussi nécessaire une évolution de l’hôtellerie et des modèles d’hébergements. En milieu rural, il existerait notamment de très bons retours d’expériences d’hébergements innovants ou insolites, par exemple des maisons éclusières transformées en gîtes ruraux. Parallèlement, améliorer la formation représente un axe important selon Martin Malvy. Il faudrait notamment que l’apprentissage puisse mixer un contenu touristique et un contenu patrimonial. Enfin, la communication reste et doit rester l’un des nerfs de la guerre. Ainsi, il s’agirait de poursuivre et renforcer la promotion. Dans ce sens, le cluster (pôle de recherche et développement) tourisme et culture de l’agence Atout France devrait voir ses moyens financiers et humains garantis. Le rapport préconise aussi de valoriser chaque année, une "capitale française du patrimoine et de la culture". Denier axe : la communication numérique. Le texte insiste ainsi sur l’impératif vital pour le milieu rural de parvenir à la couverture des zones blanches.
 
Pour en savoir plus :


© Philippe Houdart – Uni-éditions – avril 2017