Durée et coût du crédit

Durée et coût du crédit

  • Définir la durée du crédit en fonction de ses marges de manœuvre budgétaires (plus la durée est longue, plus la charge est allégée)…
  • … mais en limitant le coût total du crédit (une durée plus longue augmente le coût du crédit)
  • Dans tous les cas on aura intérêt à faire coïncider durée du prêt et durée de vie de l’investissement

La durée de l’emprunt

La durée de l’emprunt correspond à la période pendant laquelle le capital est remboursé : elle est généralement comprise entre 2 et 30 ans, mais peut atteindre 40 ans, voire davantage.

Toutes choses égales par ailleurs, plus la durée du crédit est longue, plus les échéances de remboursement sont faibles : allonger la durée de remboursement permet d’étaler l’effort financier de la collectivité dans le temps, ce qui peut lui permettre d’adapter plus facilement la charge de l’emprunt à sa capacité de remboursement si son budget est tendu, voire de dégager une capacité de remboursement « supplémentaire » pour d’autres projets.

Mais en contrepartie, plus la durée du prêt s’allonge, plus le coût du crédit se renchérit : dans la mesure où les intérêts sont calculés, à chaque échéance, sur le capital restant dû, plus le rythme d’amortissement est lent, plus la charge d’intérêt est élevée.

D’une manière synthétique, si l’on prend exemple d’un emprunt de 100 000€ à 5%, amorti sur une durée de 30 ans, celui-ci permettra de réaliser une « économie » budgétaire annuelle de 19% par rapport au même emprunt amorti sur 20 ans, mais le coût total du crédit sera, quant à lui, supérieur de plus de 57%.

De plus, la différence réelle en terme de coût total du crédit est encore plus importante, dans la mesure où, dans un contexte de courbe des taux « normale » (taux longs plus chers que les taux courts, que l’on qualifie de croissante), les taux d’intérêt sont d’autant plus élevés que la durée de l’emprunt est longue.

Autre paramètre à prendre en compte : le niveau des taux d’intérêt au moment de la souscription de l’emprunt.
Lorsque les taux sont élevés, la collectivité aura intérêt à raccourcir la durée de ses emprunts, pour alléger le coût de la dette. A l’inverse, lorsqu’ils sont particulièrement faibles, il peut être judicieux d’allonger la durée pour insérer dans l’encours de la dette de la collectivité des prêts contractés à des conditions particulièrement avantageuses, qui abaisseront son coût moyen.

Durée du prêt et durée de vie de l’investissement financé
Quand l’investissement financé avec un prêt à long terme arrive à un état d’usage nécessitant un renouvellement (matériel) ou de grosses réparations (bâtiment), il est préférable que le prêt contracté pour son acquisition initiale soit entièrement remboursé. Ainsi la marge de manœuvre est entièrement reconstituée et permet de contracter un nouvel emprunt proportionné au renouvellement de cet investissement.
Si l’emprunt est plus long, la collectivité sera contrainte d’attendre son amortissement complet, au risque de voir l’ouvrage ou l’équipement se dégrader jusqu’à entraver ses conditions d’usage.
S’il est trop court, la collectivité restreint sa marge de manœuvre, ce qui risque de l’obliger à différer d’autres acquisitions.
Il y a donc intérêt, du point de vue de l’équilibre économique, à chercher à faire coïncider le mieux possible durée d’amortissement physique d’un bien et durée d’amortissement du prêt.

  • Télécharger