Taux variable ou taux fixe

Les prêts à taux fixe

Lorsque le prêt est à taux fixe, le niveau du taux est figé lors de la souscription du contrat et ne peut pas être modifié en cours de route. Un crédit à taux fixe est synonyme de simplicité et de sécurité puisque la durée du prêt ainsi que le montant des échéances sont fixées une fois pour toutes lors de la souscription du prêt. Principal intérêt de cette formule : la collectivité sait exactement ce qu’elle aura à payer à chaque échéance, sur toute la durée du prêt et se met à l’abri de toute remontée des taux d’intérêt.
Mais en contrepartie, elle se prive d’une éventuelle baisse des taux, ce qui représente un coût d’opportunité.

AtoutsLimites
Simplicité, sécurité et visibilité : la collectivité sait exactement ce qu’elle aura à payer à chaque échéance quelle que soit l’évolution ultérieure des taux d’intérêt Taux de départ a priori plus élevé qu’avec un prêt à taux variable.
En cas de baisse des taux, la collectivité ne pourra pas en bénéficier.
Absence de souplesse (indemnité de remboursement anticipé)

Les prêts à taux variable

Lorsque le prêt est à taux variable, son niveau est déterminé à partir d’un index (ou indice) de référence fixé au contrat sur lequel l’établissement prêteur applique une marge ; par exemple : Euribor 12 mois + marge (cf. fiche "les index"). La marge peut être exprimée en pourcentage (0,12% par exemple) ou en points de base, égaux à un centième de pour cent (12 points de base, par exemple). Son niveau dépend du coût de refinancement de la banque, des frais de gestion imputables à l’opération, du coût des fonds propres réglementaires et du risque de contrepartie.

Le taux du prêt suit donc fidèlement les variations à la hausse comme à la baisse de l’index de référence, la révision intervenant à une date et selon une périodicité fixées au départ dans le contrat de prêt : tous les trimestres, tous les semestres ou tous les ans, par exemple.
Selon la nature de l’index choisi, le taux peut être :

  • pré-fixé (ou révisable), c’est-à-dire déterminé avant la période de référence à laquelle il s’applique ; ce qui permet à la collectivité de connaître à l’avance le taux d’intérêt qui lui est appliqué sur la période à venir ;
  • post-fixé (ou variable), c’est-à-dire déterminé pendant la période au cours de laquelle il s’applique ; dans cette hypothèse, la collectivité ne connaît le taux qui lui est appliqué qu’à l’issue de la période de référence.

En pratique, la variation du taux d’intérêt se répercute sur le montant des échéances : lorsque l’index diminue, les échéances diminuent en proportion ; inversement, lorsqu’il augmente, les échéances s’alourdissent.

AtoutsLimites
Permet de bénéficier d’un taux de départ attractif et de profiter de toute diminution ultérieure de l’indice de référence.

Souplesse :
> possibilité de passer à taux fixe et/ou de changer d’indice de référence à chaque échéance ;
> selon les cas, remboursement anticipé sans indemnité ou avec indemnité forfaitaire.
En cas de hausse des taux d’intérêt, le coût de la dette s’accroît.

Nécessite de suivre l’évolution des taux d’intérêt pour prendre les bonnes décisions au bon moment

Taux variable … mais échéance constante

C’est possible grâce à une option, dite de « durée ajustable », selon laquelle les variations du taux d’intérêt se répercutent sur la durée du prêt et non sur le montant des échéances qui reste identique pendant toute la durée de l’emprunt. Une baisse de l’indice de référence se traduit alors par une diminution de la durée de l’emprunt ; à l’inverse, une hausse se traduit par un allongement de la durée de remboursement. Cette solution permet à la collectivité de supporter une charge constante, la variable d’ajustement étant la durée de remboursement.

  • Télécharger