Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes une collectivité 
Nous contacter
error component
Une erreur est survenue
dans l'affichage de cet élément

Rythmes scolaires : le retour à la semaine de 4 jours plébiscité

L’écrasante majorité des communes devraient être revenues à la semaine de 4 jours à la rentrée 2019. En revanche, le Plan mercredi proposé par le gouvernement est pour l’instant un échec. Ce sont deux des principaux enseignements d’une étude réalisée par l’Association des maires de France (AMF).

Alors que déjà 87 % des communes sont revenues sur la réforme des rythmes scolaires et repassées à la semaine de 4 jours, selon le ministère de l’Éducation nationale, ce mouvement de retour en arrière devrait se poursuivre. L’association des maires de France (AMF) vient en effet de livrer les conclusions d’une étude auprès de 3 000 communes et Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) confirmant cette tendance. Aujourd’hui 13 % seulement des communes sont restées sous le régime scolaire de la semaine des 4 jours et demi. Mais, selon l’étude de l’AMF, la moitié (7,5 %) d’entre elles envisagent de revenir à la semaine de 4 jours. Ainsi à la rentrée 2019, la semaine de 4 jours pourrait concerner près de 95 % des communes. Il faut dire que celles restées à la semaine de 4 jours et demi estiment le coût annuel brut par enfant inscrit aux activités périscolaires à 281 € pour les communes et de 341 € pour les intercommunalités. Précisons que les intercommunalités montent en puissance dans la gestion du temps périscolaire, un tiers des communes ayant transféré la gestion des accueils du mercredi ou des autres jours à leur communauté. 

ÉCHEC DU PLAN MERCREDI

Deuxième enseignement apporté par l’étude : le Plan mercredi mis en place par le gouvernement pour encourager l’organisation d’activités périscolaires dans les communes où la classe a été supprimée le mercredi ne reçoit pas un écho très favorable. En effet, même dans le cadre d’un retour à la semaine de 4 jours, la question du mercredi reste posée.

L’AMF nous apprend que seules 15 % des collectivités revenues à 4 jours ont adopté le Plan mercredi pour la rentrée dernière et 60 % des collectivités ne prévoient pas d'y recourir. Toutefois, l’annonce du plan a été faite de manière tardive (en juin, à moins de deux mois de la rentrée) et toutes les modalités techniques n’étaient pas connues.

Dernière information, les activités périscolaires hors mercredi continuent d’être totalement gratuites pour 49 % des communes, payantes pour 31 % et variables selon le type d’accueil pour 20 %.

Quant aux activités du mercredi, les accueils sont quasiment systématiquement payants dans le cas de la semaine de 4 jours, tandis qu’ils ne sont payants qu’à 31 % dans le cadre de la semaine à 4 jours et demi.

Pour en savoir plus : Enquête 2018 AMF Les temps périscolaires après les réformes successives

 

© Philippe Houdart – Uni-médias – décembre 2018

Article à caractère informatif et publicitaire.

TOUT UN MAG POUR VOUS