Etudiant

Etudes courtes ou longues ? Etudier à l’étranger. Demander une bourse.

Financer ses études

Le budget personnel

Le temps de l’indépendance a sonné. Vous devez gérer votre budget avec soin pour faire face aux différents frais inhérents à la durée des études. Des dispositifs (bourses, jobs de vacances, etc.) existent pour vous y aider, sans oublier le système D… Vous pouvez aussi faire appel à des organismes financiers pour assumer les frais d’inscription particulièrement onéreux de certaines écoles. Au lieu de jeter l’éponge, un prêt étudiant peut être un bon calcul.

Même si vous êtes plutôt littéraire, il vous faudra savoir compter pour gérer au mieux votre budget. Commencez par évaluer au plus juste les besoins de financement nécessaires pour mener à terme vos études. Pour cela, établissez votre budget mensuel, en reprenant l’ensemble des frais que vous aurez à supporter, sans rien oublier. Les principaux sont la nourriture, le logement, le transport, l’achat éventuel d’un ordinateur, et les frais d’inscription. Comparez ce budget avec vos moyens et, si besoin, demandez une bourse, un logement universitaire, ou souscrivez un prêt étudiant.

Le dossier de demande de bourse

Première étape : vous devez constituer votre dossier social étudiant (DES), qui est la procédure unique de demande de bourse et de logement en résidence universitaire. Chaque année, entre le 15 janvier et le 30 avril, les demandes doivent être saisies sur le site Internet du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) de l’académie où vous êtes actuellement inscrit. Notez bien dans vos agendas ces dates butoirs. Vous aurez du mal à obtenir des dérogations si vous êtes hors délai. Vous devrez ensuite envoyer votre dossier dans un délai de 8 jours après avoir réceptionné la confirmation de votre demande par le Crous.

Vous devrez joindre à votre dossier :

  • l’avis fiscal d’imposition sur les revenus N-2 de vos parents (pour avoir le revenu brut global) ;
  • votre numéro INE (identification nationale des étudiants) figurant sur la carte d’étudiant ou votre numéro BEA (base-élève académique) inscrit sur votre carte de lycéen ou sur l’imprimé de confirmation d’inscription au baccalauréat.
    A la fin de la saisie, un dossier vous est transmis par email en pièce jointe, que vous devez vérifier et compléter si nécessaire, puis retourner signé avec les pièces justificatives demandées. L’évolution de l’instruction de la demande peut être suivie en ligne : recevabilité, décisions relatives aux demandes, transferts et paiements éventuels.
    Si vous changez d’académie à la prochaine rentrée, vous devrez adresser à votre Crous d’origine un certificat d’inscription de la nouvelle année universitaire afin que votre dossier puisse être transféré au nouveau Crous de gestion. Sur le site Internet du Crous, vous pouvez consulter les critères d’attribution des bourses à caractère social et des résidences universitaires. Un simulateur vous aide à évaluer le montant de la bourse qui pourrait vous être attribuée.

Il existe plusieurs types de bourses et d’aides que le Crous peut vous verser :

  • la bourse sur critères sociaux, et son complément, l’aide au mérite ;
  • la bourse de service public ;
  • l’aide ponctuelle ou annuelle dans le cadre du Fonds national d’aide d’urgence ;
    Depuis juin 2010, le passeport mobilité, qui prévoit le remboursement d’un billet d’avion aller-retour par année universitaire pour les étudiants des DOM et des TOM, est géré par l’Agence outre-mer pour la mobilité (cf. www.ladom.fr )

En savoir plus :

Les aides au logement

Ces coups de pouce appréciables existent sous plusieurs formes.

  • L’aide personnalisée au logement (APL) : Elle concerne les étudiants qui occupent des appartements conventionnés, des résidences universitaires ou des foyers de jeunes travailleurs. La demande est faite auprès de la caisse d’allocations familiales (CAF). Son montant est établi en fonction des ressources du demandeur, du prix du loyer, etc.
  • L’allocation logement à caractère social (ALS) : Elle est octroyée aux étudiants qui ne bénéficient pas de l’APL. Demandez-la aussi à la CAF. Elle est attribuée pour la location d’un logement étudiant sans critères de revenus, mais son montant varie selon les ressources, le nombre de personnes à charge…
  • Les aides Loca-Pass : Le système Loca-Pass, qui a pour but de faciliter l’accès des jeunes à un logement locatif, s’adresse aux étudiants boursiers, ou aux étudiants justifiant d’un CDD ou d’un stage de 3 mois minimum. Le Loca-Pass comprend deux aides : l’avance du dépôt de garantie et la caution solidaire. L’avance du dépôt de garantie est accordée gratuitement sous la forme d’un prêt sans intérêts, remboursable sur une durée maximale de vingt-cinq mois, avec des mensualités de 20 € minimum. La garantie de paiement des loyers et charges permet de couvrir, en cas de défaillance du locataire, 9 mois de loyer et de charges, pendant les trois premières années du bail, si votre logement appartient à une personne morale (organisme HLM).
  • Les résidences universitaires : Les chambres universitaires et les logements en résidences conventionnées sont accordés en priorité aux étudiants boursiers sur critères sociaux et se louent entre 200 et 400 € par mois. Mais décrocher une place en cité universitaire reste difficile : on en compte seulement 165 000 chambres universitaires et 150 000 places dans les résidences conventionnées pour plus de 2,5 millions d’étudiants.
  • La centrale LoKaViZ permet d’accéder à une base de données des logements universitaires et privés en France. Les offres de logement sont réservées aux étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur et ayant ouvert un compte personnel sur le site.
  • • L’aide MOBILI-JEUNE est une subvention d’un montant de 10 à 100 € par mois, prenant en charge tout ou partie de l’échéance de loyer déduction faite de l’aide personnalisée au logement. Elle est versée aux jeunes de moins de 30 ans en formation professionnelle (sous contrat de professionnalisation ou d’apprentissage) dans une entreprise du secteur privé non agricole dont les revenus sont inférieurs ou égaux au SMIC.

En savoir plus :

Le prêt étudiant

Malgré l’aide des parents, un emprunt est parfois bienvenu pour donner de la latitude à son budget. Des dispositifs spécifiques existent auprès des organismes bancaires. La plupart proposent aux jeunes de 18 à 25 ans des prêts étudiants à un taux attractif. Les étudiants peuvent ainsi avoir un capital pour financer leurs dépenses. La majeure partie de l’emprunt n’est remboursée qu’une fois leurs études finies. Le montant souscrit dépendra de la formation suivie. En moyenne, il varie entre 1 000 et 50 000 €, voire plus, selon les banques. Notez que plus votre caution possède de garanties, plus le prêt qui vous sera octroyé pourra être élevé.

Le remboursement d’un prêt étudiant se fait en deux étapes : la franchise et le crédit. Dans un premier temps (entre deux et six ans), vous remboursez uniquement les intérêts et les primes d’assurances (franchise partielle), ou rien, sauf éventuellement les primes d’assurance (pour la franchise totale). C’est seulement dans le second temps, à la fin des études, que vous commencez à rembourser le crédit lui-même. Au total, le prêt étudiant peut s’étaler sur neuf ans.

Afin de permettre à l’ensemble des étudiants de diversifier les sources de financement de leurs études, l’État a créé un fonds de garantie "prêts étudiants". Grâce à cette garantie, certaines banques peuvent accorder un prêt d’un montant maximum de 15 000 € à tous les étudiants de moins de 28 ans, français ou ressortissant de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen, sans conditions de ressources, sans caution parentale ou d’un tiers. La possibilité de remboursement différé, total ou partiel après l’obtention du diplôme est également laissée au choix de l’étudiant emprunteur, les modalités étant fixées avec la banque. Les taux d’intérêt et modalités de prêt sont variables selon les organismes bancaires.

En savoir plus : www.etudiant.gouv.fr

Autres ressources

Les villes, les départements et les régions accordent également des aides financières aux étudiants. Il est conseillé de se rapprocher de chaque collectivité territoriale pour connaître les modalités (bourses, prêts d’honneur, aides d’urgence…), ainsi que le calendrier et les démarches à respecter.

Pensez- y : un petit boulot pour soulager vos finances

Vous pouvez prendre un job d’été ou étudiant pour payer vos vacances, votre ordinateur portable ou une partie de votre scolarité.

  • Soignez la présentation de votre CV.
  • Envoyez des candidatures spontanées bien avant l’été.
  • Consultez les annonces, notamment sur les sites Internet spécialisés (Jobaviz.fr, le site du Crous, CIDJ…) et participez aux réseaux sociaux, notamment professionnels (Viadeo, LinkedIn, Yupeek, Wizbii...).
  • Relancez l’entreprise par téléphone pour savoir si elle a bien reçu votre CV et la suite qu’elle donne à votre candidature.
  • Multipliez les demandes pour avoir la possibilité de choisir l’offre la plus intéressante et rémunératrice.

Lien utile vers “Le moment qui compte” (Je travaille…) : www.credit-agricole.fr

Impôts : les nouvelles règles

Les étudiants qui effectuent un stage ou qui décrochent un job peuvent désormais être exonérés d’impôts. Mais ces exonérations ne sont valables que sous certaines conditions.

Pour les stages : s’ils sont obligatoires dans la scolarité de l’étudiant, conventionnés, et d’une durée inférieure à trois mois, les indemnités perçues sont alors exonérées d’impôt. S’ils excèdent les trois mois, ou s’ils sont facultatifs, les rémunérations doivent être déclarées par l’étudiant ou, en cas de rattachement au foyer fiscal, par ses parents.

Pour les activités salariées exercées pendant les vacances scolaires ou au cours de l’année d’études : le jeune travailleur doit avoir moins de 26 ans et percevoir des revenus dans la limite de 3 smic bruts mensuels par an, qu’il soit ou non rattaché au foyer fiscal de ses parents. Seul le surplus est imposable.