Financer des travaux

Interview de Pierrette Juteau, DMO/CF, Crédit Agricole SA

Février 2014

"Mieux vaut prévoir les travaux au moment de l’achat afin d’obtenir un financement global"

Si j’achète une maison en mauvais état, pourrais-je avoir un prêt pour les travaux ?

Il est pertinent de chiffrer les travaux avant d’acheter, et de demander à sa banque un financement global aux conditions du prêt immobilier. Cela permet de lisser la charge d’endettement sur une durée adaptée. À l’inverse, demander un prêt travaux après avoir acheté la maison peut fait courir le risque d’un refus, par exemple pour dépassement du taux d’endettement.
Mieux vaut donc prévoir de faire dès le départ l’ensemble des travaux nécessaires, sans oublier ceux qui permettront de réaliser des économies d’énergie. Un audit thermique et énergétique du logement, réalisé par un professionnel qualifié, peut s’avérer judicieux. Plus élaboré qu’un simple diagnostic de performance énergétique (DPE), il établit une proposition chiffrée et argumentée de travaux. Il permet aussi d’évaluer l’économie sur les futures dépenses de chauffage.

Quels sont les justificatifs de travaux à fournir ?

Il faut joindre les devis des entreprises à la demande de crédit. La procédure est ensuite identique à celle d’un prêt immobilier classique : si la banque accorde le crédit, elle émet une offre de prêt que l’emprunteur peut accepter seulement à l’expiration d’une période de réflexion de dix jours. Les fonds destinés au financement des travaux seront versés par la banque sur présentation des factures des entreprises.

Existe-t-il des prêts spéciaux ou des aides de l’État ?

Le titulaire d’un plan ou d’un compte d’épargne logement (PEL ou CEL) d’une ancienneté déterminée (4 ans pour un PEL, 18 mois pour un CEL) peut prétendre à un prêt pour financer les travaux de sa résidence principale. Sa banque lui indiquera le montant et les conditions de ce crédit. Il existe également des aides financières de l’Etat. Ainsi, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) accorde, sous conditions, des subventions pour des travaux lourds de réhabilitation. Mais les principales aides publiques, au nombre de trois, sont réservées aux travaux d’économie d’énergie.

Les primes exceptionnelles, pour soutenir la réalisation de travaux d’éco-rénovation. L’État propose deux aides exceptionnelles (non cumulables) : une prime de 1 350 € pour les ménages aux revenus moyens et une prime de 3 000 € pour les ménages les plus modestes.

L’éco-prêt à taux zéro. Il s’agit d’un prêt à taux zéro d’un montant maximum de 30 000 € pour réaliser des travaux d’éco-rénovation.

Le crédit d’impôt développement durable. Il permet de déduire des impôts une partie des dépenses d’équipement pour certains travaux de rénovation énergétique.
Ces aides constituent un accompagnement dans la réalisation d’un ensemble de travaux destinés à améliorer la performance énergétique du logement, afin de le rendre plus économe et plus confortable.

En savoir plus :