Retour au site Crédit Agricole
Le blog des entreprises / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre entreprise

6 questions sur l’impression 3D

18 sep
6 questions sur l'impression 3D
Activité

Septembre 2015

Jusqu’alors utilisée par les gros industriels comme outil de prototypage, l’impression 3D se démocratise. Cette technologie est-elle aujourd’hui à la portée des PME ?

Pourquoi un tel engouement pour cette technologie, encore confidentielle il y a peu de temps ?
L’impression 3D a émergé au début des années 80, elle n’est pas si récente. Mais les progrès techniques, ainsi que l’arrivée sur le marché de nouveaux fabricants, ont contribué à baisser le prix des machines et à démocratiser le marché. Technologie de niche au départ, l’impression 3 D pourrait un jour devenir une technologie de masse. D’où cet intérêt croissant.

Comment fonctionne l’impression 3D ?

Elle est en rupture avec les procédés de fabrication traditionnels. Au lieu de produire une pièce en l’usinant pour lui donner la forme voulue, ou en la coulant dans un moule, l’impression 3D permet de la fabriquer en empilant des couches de matières les unes sur les autres (plastique, résine, cire, métal…). C’est pourquoi on parle de fabrication additive.

Quels sont ses avantages ?

Simplicité et gain de temps. Plus besoin de réaliser de gabarit, ni de moule, de travailler la matière première, ou de souder les éléments entre eux pour les assembler. On réalise directement la pièce ou l’objet voulu à partir d’un fichier informatique 3D. En prime, cette technologie autorise des formes plus riches et complexes.

Quel intérêt présente-t-elle pour les entreprises ?

L’impression 3D est parfaitement adaptée à la réalisation de prototypes, la fabrication d’objets en petite série et de produits personnalisés. Elle facilite le processus d’innovation. Grâce à elle, une entreprise peut très vite juger l’aspect de son produit, sa prise en main, ses fonctionnalités… Une start-up peut ainsi sans délai montrer son produit à de potentiels investisseurs financiers pour lever des fonds.

Quel est le coût de cette technologie ?

Il a beaucoup baissé ces dernières années, grâce aux progrès réalisés et à l’arrivée de nouveaux fabricants sur le marché. Aujourd’hui, on trouve des machines d’entrée de gamme à moins de 500 €. Mais leurs capacités sont très limitées. Toutefois, sans aller jusqu’aux imprimantes 3D industrielles, dont le prix dépasse les 100 000 €, il est possible de s’équiper convenablement pour moins de 10 000 €. Voire, de sous-traiter ses impressions à des prestataires spécialisés, si l’on ne dispose pas de budget dédié pour investir.

Quelles sont les limites du procédé ?

Si l’impression 3D est bien adaptée à la réalisation de prototypes, voire de petites séries, elle n’est pas pertinente pour la fabrication d’objets en grande série. Elle s’avère alors trop lente et plus coûteuse. Autre point à intégrer : l’impression 3D requiert des compétences techniques, notamment pour modéliser l’objet à reproduire. Des formations existent. Il faut intégrer leur coût à son budget avant d’investir.


© Thibault Bertrand – MIG/Uni-éditions – septembre 2015