Retour au site Crédit Agricole
Le blog des entreprises / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre entreprise

Le volontariat international en entreprise

20 fév
Activité

Février 2013

Le volontariat international en entreprise n’est pas réservé aux grands groupes. Il peut vous permettre de développer votre activité à l’étranger à des conditions attractives.

Le volontariat international en entreprise (VIE) permet à des entreprises françaises de confier à un jeune de 18 à 28 ans, ressortissant de l’Espace économique européen, étudiant ou diplômé en recherche d’emploi, une mission professionnelle à l’étranger durant une période de 6 à 24 mois, renouvelable une fois dans cette limite de deux ans.

Depuis sa création en l’an 2000, environ 35 000 jeunes ont bénéficié de ce dispositif pour le compte de plus de 4 300 entreprises. En février dernier, on recensait 7 180 jeunes en poste dans 129 différents pays, pour le compte de 1 731 entreprises.

Toutes les entreprises relevant du droit français cherchant à développer leur activité à l’étranger peuvent y recourir, qu’elles disposent d’une structure d’accueil dans le pays concerné ou non. En effet, Ubifrance, l’Agence pour le développement international des entreprises en charge des VIE propose également des solutions de portage par des grands groupes français installés à l’étranger ou des possibilités d’hébergement au sein de ses bureaux, des chambres de commerce et d’industrie françaises, à l’étranger et des missions économiques.

Déroulement

Réalisation d’études de marchés, prospection, renforcement d’équipes locales, recherche de partenaires, agents ou distributeurs, création et mise en place de structures locales, animation d’un réseau de distribution, support technique… Les missions proposées aux jeunes peuvent être techniques ou commerciales en fonction des besoins de l’entreprise. Elles se déroulent à l’étranger (au moins pour plus de la moitié de la durée totale prévue).

Le contrat est passé entre Ubifrance et le volontaire. Il n’existe donc pas de lien contractuel direct entre l’entreprise et le jeune. Ce dernier bénéficie d’un statut public. Il est placé sous la tutelle administrative de la mission économique rattachée à l’ambassade de France dans son pays d’affectation. Mais l’entreprise gère toute l’activité opérationnelle du volontaire.

La personne en VIE perçoit une indemnité forfaitaire comprise entre 1 432,52 et 3 561,59 € par mois selon le pays d’affectation. Le VIE est une activité à temps plein. Mais une formule de temps partagé peut permettre à une entreprise de bénéficier d’un VIE tout en partageant ses services et son coût avec d’autres sociétés de sa filière professionnelle ou de sa région.

Avantages

La gestion administrative et juridique du VIE est déléguée à Ubifrance, qui s’occupe pour l’entreprise des éléments contractuels, du versement des indemnités et de la protection sociale du volontaire.

Parmi les aides financières, le coût du VIE peut être pris en charge par Oséo dans le cadre du dispositif du “prêt pour l’export” qui finance les projets des entreprises à l’international.

Dans certaines régions, une prise en charge partielle du coût du VIE peut être accordée.

Enfin, le recours au VIE ouvre droit au crédit d’impôt export. Cette mesure, destinée aux PME qui engagent des dépenses de prospection commerciale afin d’exporter, permet de bénéficier d’un crédit d’impôt (plafonné à 40 000 €) égal à 50 % des dépenses engagées.

Pour bénéficier du dispositif du VIE, les entreprises doivent être agrées par Ubifrance. Cette procédure, simple et totalement dématérialisée, s’effectue au moment du dépôt du premier dossier d’affectation.

Pour en savoir plus :

Le site d’Ubifrance

Le guide du VIE-rubrique “Outils”


© Anne Le Mouëllic – Uni-éditions – décembre 2012