Retour au site Crédit Agricole
Le blog des entreprises / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre entreprise

Les avantages de la garantie pertes d’exploitation

22 juin
Activité

Juin 2011

En cas de dommage ou de sinistre, l’assurance multirisque ne couvre pas le manque à gagner induit par l’arrêt ou le ralentissement de l’activité. Il convient pour cela de souscrire une garantie “perte d’exploitation”.

Assurance multirisque insuffisante

Lorsqu’on souscrit un contrat d’assurance, on envisage rarement le pire. Cependant, le jour où un sinistre survient, si des garanties suffisantes n’ont pas été prises, l’entreprise peut être contrainte de mettre la clé sous la porte.

La première démarche utile consiste à souscrire une assurance multirisque. Celle–ci couvre les dommages infligés auxlocaux, à l’outil de production et aux stocks en cas d’incendie, de dégât des eaux, de tempête ou de bris de machine. Si cette précaution est indispensable, elle reste pourtant insuffisante car en cas de sinistre ou dommage, elle ne couvre que la remise en état ou le remplacement des biens touchés, c’est-à-dire la réparation des machines, le remplacement des stocks et la remise en état des locaux.

En revanche, elle ne prend pas en compte les conséquences du sinistre sur l’activité de l’entreprise, autrement dit le manque à gagner induit par un arrêt ou une baisse de la production, ce qui arrive immanquablement lorsque l’outil de travail n’est plus opérationnel ou que les locaux sont rendus inutilisables du fait des dégâts. Pour être totalement indemnisé du préjudice subi, il faut souscrire en plus du contrat multirisque, une garantie “pertes d’exploitation”.

Indemniser les conséquences induites

Celle-ci va permettre de faire face aux nombreuses conséquences du sinistre. En effet, même si l’entreprise n’est plus en mesure de produire ou d’assurer ses prestations normalement, elle doit continuer à payer ses employés, honorer ses charges fixes (loyers, abonnements) et ses engagements financiers (prêts, emprunts). D’autres dépenses peuvent être prises en compte, notamment lorsqu’il faut louer provisoirement de nouveaux locaux ou trouver des matériels de remplacement. C’est aussi le cas lorsque l’entreprise est contrainte de payer des pénalités à ses clients, dont les commandes ne sont pas honorées.

Avec la garantie “pertes d’exploitation”, c’est l’assurance qui prend ces sommes en charge, afin que l’entreprise retrouve la situation financière qui aurait été la sienne si le sinistre n’était pas survenu. Y compris la perte de bénéfice potentiel, occasionnée par l’arrêt de l’activité.


© Thibault Bertrand - Uni-éditions - juin 2011