Retour au site Crédit Agricole
Le blog des entreprises / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre entreprise

Les exportateurs français affichent leurs ambitions

14 juin
Activité

il y a 2 mois

La demande de biens adressée à la France devrait croître de 40 milliards d’euros au total sur la période 2018-2019. Une opportunité dont les entreprises exportatrices entendent bien profiter.

Bonne nouvelle : malgré un contexte international marqué par les tensions commerciales et géopolitiques, les entreprises françaises ne baissent pas pavillon, mais affichent au contraire un appétit croissant pour l’export. Cette année, 84 % d’entre elles ont l’intention d’augmenter leur chiffre d’affaires à l’international, selon le Baromètre export d’Euler Hermes 2018 réalisé auprès de 800 exportateurs français. Il y a 2 ans, elles n’étaient que 79 %. Mieux : la part de celles qui envisagent avec certitude un accroissement de leur activité à l’export cette année, progresse de 4 points, à 53 % contre 49 % en 2016.
 

Des opportunités à saisir

Il faut dire que les indicateurs sont bien orientés. Malgré la rhétorique protectionniste américaine, la tendance générale est au ralentissement des nouvelles mesures protectionnistes. Surtout, la demande de biens augmente. Cette année, le commerce mondial devrait croître de 8,4 % en valeur et 4,4 % en volume, selon les projections d’Euler Hermes.

Un dynamisme qui laisse augurer de belles opportunités pour les exportateurs français. Selon l’assureur crédit, la demande additionnelle de biens adressée à l’Hexagone est attendue en hausse de 21,5 milliards d’euros cette année, puis de 18,2 milliards d’euros en 2019.

Les débouchés supplémentaires à capter proviendront en majeure partie de l’Union Européenne, avec + 4 milliards d’euros à saisir en Allemagne, + 2,2 milliards d’euros en Italie, + 1,7 milliard d’euros en Espagne et + 1,6 milliard d’euros en Belgique. La Chine (+ 2,2 milliards d’euros) et les États-Unis (+ 1,6 milliard d’euros) feront également partie des destinations à privilégier pour les entreprises tricolores.
 

Retour aux sources

Certains secteurs bénéficieront plus directement de cette nouvelle demande, dont les machines et équipements (+ 5,4 milliards d’euros à saisir), l’agroalimentaire (+ 2,8 milliards d’euros) et la chimie (+ 2,3 milliards d’euros). Pour les deux premiers cités, un tiers de la demande additionnelle proviendra d’Asie.

Enfin, tendance marquante, un nombre croissant d’entreprises indique privilégier l’export à partir de la France, plutôt qu’une stratégie d’implantation locale. « Elles sont 72 % sur cette ligne cette année, contre 64 % en 2016, pointe Ludovic Subran, chef économiste d’Euler Hermes. C’est la première fois que le Site France est autant mis en avant dans la stratégie d’internationalisation des entreprises ».


© Thibault Bertrand - Uni-éditions - juin 2018