Retour au site Crédit Agricole
Le blog des entreprises / DIRIGEANT

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre entreprise

L’épargne salariale gagne du terrain

18 mai
L'épargne salariale gagne du terrain
DIRIGEANT

18 mai

Les dispositifs d’épargne salariale permettent de gratifier, motiver et fidéliser les salariés. De plus en plus d’entreprises y recourent.

Intéressement, participation, plan d’épargne entreprise (PEE), plan d’épargne pour la retraite collectif (perco) : l’épargne salariale se décline sous plusieurs formes et gagne chaque année du terrain. L’an dernier, le nombre d’entreprises "équipées" a de nouveau progressé. Fin 2015, selon l’Association française de la gestion financière (AFG), près de 300 000 entreprises disposaient d’un plan d’épargne salariale, soit une hausse de + 4 % sur un an. Parmi cette population, 292 000 entreprises affichaient un effectif inférieur à 250 salariés.

Un levier de motivation

Cette progression n’est pas fortuite. L’épargne salariale repose sur un principe et un mode de fonctionnement attrayants. Elle permet, via les mécanismes d’intéressement et de participation, d’associer les salariés aux résultats et aux performances de l’entreprise. Ce qui en fait un levier de motivation et de fidélisation efficace. En prime, elle bénéficie d’un cadre fiscal et social avantageux. Lorsqu’elles sont investies sur un plan d’épargne salariale, les sommes issues de la participation, de l’intéressement, ainsi que l’abondement de l’employeur sont exonérées de charges sociales. De leur côté, les plus-values échappent à l’impôt, au terme de la durée de détention requise (généralement 5 ans). Ce qui permet aux salariés de se constituer une épargne à des conditions favorables.

Intéressement, participation, PEE ou Perco ?

Les entreprises qui souhaitent mettre en place un dispositif d’épargne salariale disposent, en fonction de leur situation et de leurs objectifs, de plusieurs options. Elles peuvent conclure un accord d’intéressement, de participation, ou proposer un plan d’épargne salariale. Les trois peuvent aller de pair.
L’intéressement a pour vocation d’associer collectivement les salariés aux résultats ou aux performances de l’entreprise. Il est conclu pour une durée minimale de 3 ans. La participation, obligatoire à partir de 50 salariés, permet de redistribuer une partie des bénéfices de l’entreprise au profit des collaborateurs.
Les sommes attribuées au titre de ces deux mécanismes peuvent être versées immédiatement aux salariés, ou bien servir à alimenter un plan d’épargne salariale. Il peut s’agir d’un plan d’épargne entreprise (PEE) ou d’un plan d’épargne interentreprises (PEI) qui permettent aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières, mais aussi d’un plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco) qui leur permet de se constituer une épargne en vue de leur retraite.


© Thibault Bertrand - Uni-éditions - avril 2016