Retour au site Crédit Agricole
Le blog des entreprises / Social RH

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre entreprise

L’absentéisme baisse, sauf dans les PME

10 jan
Social RH

Janvier 2013

L’absentéisme en entreprise est au plus bas depuis 5 ans. Si ce constat est valable dans les grandes entreprises, la situation se dégrade dans les PME.

Le taux d’absentéisme baisse dans les entreprises. Il est au plus bas depuis 5 ans, selon le dernier Baromètre de l’absentéisme réalisé par Alma Consulting Group. Alors qu’en 2009, il se situait à 17,8 jours d’absence par an et par salarié, il est aujourd’hui en baisse de 3,8 jours, soit 14 jours d’absence par an. « La principale raison de cette baisse tient à la crise », pointe Olivier Gignoux, le directeur du pôle social d’Alma Consulting Group. Les entreprises sont désormais plus vigilantes sur ce sujet et ont pris des mesures de prévention.

Un bilan contrasté

Pourtant, la situation reste contrastée. En effet, ce constat ne reflète pas la situation de la majorité des entreprises. Si, pour 37 % des établissements étudiés, l’absentéisme chute sensiblement, il augmente dans le même temps pour 49 % d’entre eux, dans une moindre mesure. Cet écart est lié à la taille des entreprises. Alors que l’absentéisme recule dans les grands groupes (13,5 jours), il reste à un niveau élevé dans les PME (15,8 jours).
Pour ces dernières, l’absentéisme représente un coût élevé, comme le confirment les chiffrages réalisés par les auteurs de l’étude. À titre d’exemple, pour une entreprise de 50 salariés (788 jours d’absence en moyenne sur l’année), la facture peut grimper jusqu’à 79 000 € par an auxquels s’ajoutent les coûts indirects : gestion des absences, baisse de la production, retards de livraison, etc.

Des secteurs plus ou moins touchés

L’étude d’Alma Consulting Group fait ressortir d’autres facteurs de causalité. Le secteur d’activité dans lequel opère l’entreprise joue un rôle important en matière d’absentéisme. Alors que les entreprises de la santé sont particulièrement touchées, avec 24 jours d’absence en moyenne, l’industrie (13,1 jours), les services (12,1 jours) et le BTP (10,8 jours) enregistrent des taux sensiblement plus bas.
L’implantation géographique compte aussi avec, cette année, un renversement de tendance notable. Alors que le Sud était régulièrement en tête du palmarès de l’absentéisme depuis 5 ans, la situation s’est sensiblement modifiée : 13,9 jours pour la région Méditerranée ; 13,8 jours pour le Sud-Ouest. Désormais, c’est le Nord (15,2 jours) qui affiche le chiffre le plus élevé.
Le poste occupé dans l’entreprise est également un déterminant important. De ce point de vue, les ouvriers (17,7 jours) sont plus souvent absents que les cadres (5,6 jours). « Au-delà de la pénibilité et des conditions de travail, le sens donné au travail et le manque de visibilité dans le processus global concourent aussi à un plus grand absentéisme », rappelle Olivier Giroud.

Plus d’info sur : http://www.almacg.fr


Copyright © 2011 agence-info.com