Retour au site Crédit Agricole
Le blog des entreprises / Social RH

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre entreprise

Les salariés face au changement

01 aoû
Les salariés face au changement
Social RH

il y a 4 mois

Les salariés français ne sont pas opposés au changement. Ils le considèrent même comme une chose nécessaire. En revanche, ils jugent les réorganisations et transformations au sein de leur entreprise trop fréquentes et rarement productives.

Les salariés français ne sont pas opposés au changement. Au contraire, ils jugent légitimes les évolutions et transformations opérées au sein de leur entreprise. En revanche, ils n’y trouvent pas toujours leur compte. C’est le constat qui ressort d’une étude réalisée par l’Ifop pour le cabinet Empreinte humaine, auprès d’un échantillon de 1 044 salariés d’entreprises de plus de 500 personnes.
Une chose est sûre, le changement est un sujet dont les salariés sont bien placés pour parler. Au cours des 3 dernières années, 93 % de ceux qui ont participé à cette enquête disent y avoir été confrontés. Au moins à 5 reprises pour 63 % d’entre eux. À leurs yeux, le changement fait désormais partie intégrante de la vie en entreprise. Dans leur grande majorité (78 %), les salariés le considèrent même comme légitime et nécessaire. Ce qui ne veut pas dire qu’ils l’approuvent les yeux fermés. À cet égard, un salarié sur deux émet des réserves, jugeant les changements trop nombreux et trop fréquents.

À qui profite le changement ?

Si ces changements d’organisation, de processus, de méthode de travail, voire d’effectifs, sont jugés profitables pour l’activité de l’entreprise - de l’avis de la moitié des répondants - ils ne sont pas pour autant perçus, à titre individuel, comme un vecteur d’amélioration. De ce point de vue, 74 % des salariés considèrent que le changement n’a pas amélioré leur bien-être au travail, et 68 % qu’il n’a pas généré de gain d’efficacité dans leurs tâches. Certains le perçoivent même de manière négative. En particulier lorsque le changement s’est traduit par une réorganisation ou une réduction d’effectifs. Dans ce cas, la proportion de salariés se jugeant en mauvais état de santé moral est deux fois plus élevée que la moyenne.

Un manque d’écoute

Autre ressenti négatif : les salariés ont le sentiment de ne pas être suffisamment associés aux changements engagés dans leur entreprise. À cet égard, 63 % d’entre eux estiment ne pas avoir l’occasion de s’exprimer à ce sujet, et 67 % que leurs dirigeants ne tiennent pas compte de leurs craintes et suggestions. Est-il possible de faire mieux ? Oui jugent les salariés, à condition de laisser à tous plus de temps pour intégrer le changement, de renforcer l’accompagnement et l’information, et de mettre en place des actions de formation centrées autour de ce thème, au profit du personnel mais aussi des managers.


© Thibault Bertrand - Uni-éditions - juillet/août 2016