Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes une entreprise 
Nous contacter

Entreprises et réseaux sociaux : peut mieux faire…

28/01/2019 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Innovation

TOUT UN MAG POUR VOUS

Entreprises et réseaux sociaux : peut mieux faire…

Les PME et ETI peuvent davantage tirer parti des réseaux sociaux. Si elles affichent leur présence sur ces territoires virtuels, elles y sont en revanche très peu actives.

Où en sont les PME et ETI françaises par rapport aux réseaux sociaux ? Quels usages en font-elles ? Quels bénéfices en tirent-elles ? Pour le savoir Bpifrance (Banque publique d’investissement) Le Lab a mené l’enquête auprès de 1 657 entreprises de toutes tailles. Premier constat : les réseaux sociaux demeurent un territoire inexploré par la plupart des PME et ETI françaises. Si elles y sont largement présentes (70 % possèdent une page ou un compte officiel sur l’un des 5 principaux réseaux, Facebook en tête), seulement un quart d’entre elles déclarent y être actives.

MANQUE DE MOYENS

Pourtant, presque la moitié des dirigeants interrogés estiment être dans le bon tempo, voire même posséder une longueur d’avance sur ce terrain. Un ressenti surprenant, compte tenu du niveau d’activité, de formation et de budget consacré par les entreprises aux réseaux sociaux. Parmi celles qui ont été interrogées, 44 % d’entre elles dépensent moins de 10 000 € par an, coûts de personnels inclus, et 42 % n’y consacrent aucun budget. Difficile, dans ces conditions, de manifester une présence active en ligne.

Du reste, les réseaux sociaux font rarement l’objet d’une stratégie formalisée. Dans plus de deux tiers des cas, les entreprises n’ont pas de plan d’action. Elles sont présentes, mais sans projet organisé. Conséquence : il existe un fort décalage entre la vision qu’ont les dirigeants du rôle des réseaux sociaux et l’usage qui en est fait au quotidien. Peu d’actions sont mises en place et lorsque c’est le cas, elles se traduisent par une présence peu rationnelle, péchant par manque d’objectifs déterminés et précisés.

Un exemple : alors que fédérer une communauté et mieux gérer la relation client font partie du Top 3 des objectifs d’une présence sur les réseaux sociaux, plus de 60 % des dirigeants n’y recherchent jamais de partenaires et n’y créent jamais de dialogue avec leurs clients.

MANQUE DE TEMPS ET DE COMPÉTENCES

En fait, les réseaux sociaux apparaissent comme hors du champ de vision des dirigeants de PME et ETI. Si ces derniers s’accordent à penser qu’une vraie présence en ligne peut être une source d’avantages concurrentiels, ils estiment manquer de temps et de compétences pour saisir cette opportunité.

L’appétence du dirigeant pour le sujet est d’ailleurs un facteur clé d’engagement de l’entreprise sur les réseaux sociaux. Elle prime même devant le secteur d’activité, les entreprises en contact avec le consommateur final, comme celles des services, du commerce ou encore du tourisme, ayant nettement plus de facilités à s’emparer du sujet que les autres.

 

© Thibault Bertrand - Uni-médias - Janvier 2019

Article à caractère informatif et publicitaire. 

TOUT UN MAG POUR VOUS