Retraite

Comprendre le système des retraites. Travailler à la retraite. Epargner pour sa retraite.

La check liste de votre retraite

1- Durant la vie active

Ce que vous devez conserver :
- Toutes vos fiches de paie.

- Tout autre document : par exemple, relevés d’indemnités journalières de la Sécurité sociale ou relevés Assedic et Pôle emploi attestant de périodes dites assimilées, c’est-à-dire pouvant être prises en compte dans le calcul de votre retraite : maladie, maternité, invalidité, accident du travail, chômage, service militaire, volontariat civil, apprentissage, préretraite, congé parental d’éducation…

- Vos contrats de travail et vos certificats de travail.

- Vos diplômes.

- Vos relevés annuels de points acquis dans les régimes complémentaires.

Ce que vous pouvez faire pour anticiper :

- Consacrer dès que possible une partie de vos revenus à une épargne longue (pour vous constituer un socle pour une épargne retraite).

- Faire régulièrement le point avec votre conseiller bancaire sur vos placements pour construire et optimiser votre stratégie patrimoniale.

- Demander régulièrement (tous les 5 ou 10 ans) votre relevé de carrière, auprès de vos caisses de retraite (c’est gratuit). Faites rectifier les erreurs éventuelles sans attendre. À savoir : un relevé de situation individuelle (RIS) vous sera adressé automatiquement, tous les 5 ans, à partir de 35 ans.

- Effectuer une simulation pour estimer votre retraite grâce à l’outil « officiel » et commun à tous les régimes : m@rel, disponible sur www.marel.fr ou auprès de votre conseiller bancaire. Une estimation indicative globale (EIG) est envoyée automatiquement à toute personne atteignant 55 ans, puis tous les 5 ans jusqu’au départ en retraite.

- Regarder, si vous êtes lourdement imposé, si le rachat des trimestres d’études n’est pas maintenant opportun.

- Calculer votre âge de départ idéal de manière à faire le plein de vos droits et envisager avec votre employeur comment y parvenir.

- Faire le diagnostic de ce qui sera votre logement de retraite et procéder aux aménagements qui s’imposent.

- Imaginer les solutions qui vous permettront d’augmenter votre retraite (louer une partie de votre logement, reprendre une activité…) et en jeter les bases pour les rendre possibles.

Ce que vous devez éviter :
- Vous dire que vous avez le temps de songer à la retraite.

- Vous précipiter pour racheter des trimestres de cotisation avant d’avoir fait vos calculs. D’autres placements sont peut-être plus judicieux et plus sûrs.

- Souscrire n’importe quel contrat sous prétexte qu’il est labellisé « retraite ».

- Vous précipiter pour faire liquider votre retraite. Vous ne pourriez plus revenir en arrière. Même en retravaillant par la suite vous n’acquerrez plus de droits nouveaux.

- Oublier que la retraite n’est pas automatique – vous devez absolument en faire la demande !

Ce à quoi vous n’avez pas à penser :

- Vous inscrire à un régime de retraite. C’est obligatoire et automatique, sauf pour les indépendants et les professions libérales qui doivent effectuer les démarches afin de s’affilier.
- Vous inscrire à une caisse complémentaire (sauf pour les indépendants et les professions libérales). C’est obligatoire et c’est l’entreprise qui détermine auprès de quel organisme vous allez cotiser.

- Payer vos cotisations. Tous les mois, elles sont prélevées sur votre salaire par votre employeur. Si vous êtes travailleur indépendant, elles sont également obligatoires et calculées en fonction des revenus déclarés.

- Veiller à ce que vos changements d’entreprise (ou dans l’entreprise) soient pris en compte par les régimes de retraite. Les différentes caisses sont coordonnées entre elles et les dossiers suivent en principe les carrières (en revanche, il est toujours utile de vérifier que cela a été correctement fait).

- Vous assurer que vos cotisations suivent l’évolution de vos rémunérations. Si les prélèvements de base semblent ne pas suivre, c’est qu’ils sont plafonnés. Les cadres se heurtent assez vite au plafond de la Sécurité sociale.

2- Avant de prendre votre retraite

Vous devez :
- Réunir tous les éléments pour faire vos comptes avec précision.

- Déterminer la date de votre départ. Votre employeur ne peut pas vous mettre à la retraite d’office avant 70 ans. S’il met fin à votre contrat avant, c’est un licenciement. Il peut seulement vous proposer, à l’âge où vous atteignez le taux plein (entre 65 et 67 ans selon les cas), la mise à la retraite selon une procédure particulière. Vous pouvez aussi choisir de retarder votre date de liquidation afin de faire grimper le taux de calcul.

- Demander personnellement la liquidation de votre retraite de base, puis de votre (vos) retraite(s) complémentaire(s) sur les formulaires prévus à cet effet (à récupérer auprès de vos caisses ou à télécharger sur Internet).

- Conserver le récépissé de votre demande de départ.

- Prendre rendez-vous avec votre conseiller pour mettre au point la liquidation de vos plans d’épargne retraite.

  • Télécharger

Uni-éditions - janvier 2016