Développer son épargne

Interview de David Millot, directeur du développement commercial, Crédit Agricole immobilier

Février 2014

« On développe son épargne sur des livrets, puis on la fait fructifier sur des produits financiers, enfin on investit dans la pierre »

Où placer ses premières économies ?

Les premières économies réalisées par un ménage servent de trésorerie, une réserve de sécurité en cas d’imprévu : panne de voiture, de matériel électroménager, etc. L’idéal, c’est de les placer sur un livret A, un livret de développement durable (ex-Codevi) ou un livret d’épargne populaire (LEP, sous conditions de ressources) : une épargne sans frais, disponible à tout moment, et dont les intérêts sont exonérés d’impôts.
Dès que l’on dispose d’une réserve suffisante (l’équivalent de deux mois de revenus, par exemple), on a tout intérêt à s’orienter vers des placements à plus long terme : assurance vie, plan d’épargne en actions et, bien sûr, immobilier, en commençant par l’achat de sa résidence principale.

L’épargne logement est-elle encore intéressante ?

Elle a été conçue pour favoriser l’accession à la propriété. En plaçant son argent sur un plan d’épargne logement (PEL), on constitue un apport personnel et, au bout de quatre ans, on peut prétendre à un prêt à taux bonifié pour acheter sa résidence principale. Cependant, il s’avère moins intéressant lorsque les taux d’intérêt des prêts immobiliers classiques sont inférieurs à ceux des prêts sur PEL.

Comment faire fructifier son épargne ?

Il existe deux méthodes. La première consiste à placer régulièrement son épargne sur un produit financier – assurance vie ou PEA, par exemple : ainsi, le capital augmente progressivement, tout comme sa rémunération.
L’immobilier représente le second moyen, beaucoup plus rapide grâce à l’effet de levier du crédit. En achetant un logement avec l’objectif de le mettre en location, l’épargnant se retrouve immédiatement à la tête du capital global (le prix de l’habitation) et, en même temps, il perçoit intégralement sa rémunération (les loyers). Certes, pour financer son achat, il a dû parfois emprunter jusqu’à 100 % du prix. Mais pour rembourser l’emprunt et les intérêts, il dispose des loyers, éventuellement d’une économie d’impôt, ce qui réduit d’autant son effort d’épargne.

Comment se constituer un patrimoine immobilier ?

Il suffit d’épargner régulièrement – quelques centaines d’euros par mois – pour réaliser un investissement immobilier. Le placement pierre offre un bon niveau de sécurité ainsi que des revenus pérennes : cela en fait un produit complet, aussi bien pour la retraite que pour la transmission d’un patrimoine.
Mais il s’agit d’un bien immobilier sur lequel il faut arrêter son choix en fonction de ses qualités intrinsèques : emplacement, qualité de construction, etc. Il ne faut surtout pas se laisser aveugler par les avantages fiscaux ni vouloir une plus-value à court terme : au contraire, cela exige une vision à long terme, en misant par exemple sur les villes ou les quartiers en développement. Les éco-quartiers, en particulier, offrent à la fois un habitat neuf doté d’excellentes performances thermiques, des commerces, des écoles et autres commodités, le tout dans un environnement paysager très soigné.

© Uni-éditions – MIG novembre 2013