6 bons conseils pour réussir sa colocation

Eviter la solitude, partager les frais et le loyer, se serrer les coudes entre étudiants... La colocation comporte beaucoup d’avantages.

La colocation est très prisée des jeunes Français, plébiscitée par 39% des 21-25 ans*. Pour beaucoup, c’est un premier pas vers la vie d’adulte, en dehors du cocon familial : une étape importante. Mais il faut se poser les bonnes questions avant de se lancer. Êtes-vous fait pour la coloc’ ? Avez-vous les moyens de louer un grand appart’ ? Voici nos conseils avisés.

#1 Choisir le bon coloc’

Surtout ne pas négliger le casting ! L’important n’est pas d’opter pour un bon ami mais plutôt pour quelqu’un avec qui vous êtes compatible au quotidien. Des chaussettes sales qui trainent et de la vaisselle dans l’évier vous donnent des envies de meurtre ? Rayez d’emblée le bordélique. Vous êtes un studieux rat de bibliothèque ? Le fêtard ne sera pas votre candidat idéal... Certes, la vie avec la sage Sonia, étudiante en biologie sera moins fun qu’avec Bruno, votre copain bassiste dans un groupe de métal... Mais au moins vous n’aurez pas besoin de boule quies pour réviser vos cours, et il y aura autre chose que des bières dans le frigo...

#2 Se mettre d’accord sur le budget

Vous avez trouvé le coloc de vos rêves ? C’est un bon début. Maintenant, il faut aborder la question de l’argent. Avez-vous les mêmes moyens ? Êtes-vous sûr que vous partagerez le montant équitablement ? Combien de m2 pouvez-vous vous offrir ? On a déjà vu de belles amitiés se briser sur les rochers d’un loyer impayé. Et votre compte en banque pourrait en pâtir aussi. Alors à vos calculatrices. A Paris, il faut compter 577 € par colocataire par mois, 444 € à Lyon, ou encore 422 € à Bordeaux*. Un budget, auquel viennent se greffer les courses et les factures variées... Une petite mise au point avec simulation du budget mensuel de chacun s’impose.

#3 Bien choisir son appartement

Une coloc’ réussie, c’est un logement où tous les locataires se sentent bien. Il faut donc composer avec les envies de chacun. Vous êtes plutôt quartiers animés dans le centre, et votre futur coloc préfère la proche banlieue plus calme et accessible ? Difficile d’accorder vos violons... Vous avez une voiture ? Notez qu’un parking sera une contrainte de plus pour dénicher la perle rare. Autre point important : le nombre de chambres. Opter pour un T2, moins onéreux pourquoi pas. Mais celui qui héritera du canapé dans le salon, privé d’intimité, risque de vite se lasser... Attention toutefois à bien s’assurer que le propriétaire soit intéressé par une colocation. Car tous les locataires devront être sur le bail !

#4 Apprendre à partager son espace vital

Sur le papier, vivre à plusieurs semble une belle promesse. Des fêtes, des fous rires, et de bons moments partagés. Mais c’est aussi apprendre à vivre avec quelqu’un. Comme en amour, pour que tout se passe bien il faut faire des efforts au quotidien. Refermer le bouchon du dentifrice, étendre la lessive qu’on a lancée, descendre la poubelle qui déborde et faire les courses avant que le frigo ne soit vide... Mais aussi respecter l’autre, être discret, apprendre à vivre avec la copine de votre coloc’, qui passe ses week-end à regarder des séries installée sur votre canapé ... Bref, si faire des concessions n’est pas votre truc, oubliez.

#5 N’hésitez pas à instaurer des règles

La clé d’une coloc’ heureuse repose sur l’organisation et le respect de l’autre. Alors même si vous n’êtes pas le roi de l’aspirateur, il va falloir y mettre de la bonne volonté. Le plus simple pour une entente cordiale ? Répartissez les tâches ménagères et les « corvées » de manière équitable. Mettre en place des règles dès le départ vous évitera bien des conversations houleuses ensuite.

#6 Prendre des précautions avant de signer le bail

Surtout ne pas s’engager à la légère. Au moment de signer, la solution la plus sûre est d’opter pour un bail unique, quel que soit le nombre de locataires impliqués, qui devront tous le signer. Ne pas y figurer, même si sous-louer peut vous sembler avantageux, est une mauvaise idée. Aux yeux du proprio comme de la loi, vous n’aurez aucun droit. C’est souvent la seule solution pour être protégé avec la Responsabilité Civile fournie par votre Assurance Habitation. Et qui dit pas de bail, dit pas d’aides de la CAF non plus...

Autre point important, la question des garants. C’est eux qui paieront le loyer si votre coloc’ est fauché. Assurez-vous donc qu’ils existent. Tout cela vous semble contraignant ? Sachez que chaque locataire est libre de quitter l’appartement (et donc le bail) quand il le désire. Ecrire tout noir sur blanc, et signer dans les règles de l’art permettra une chose : ne pas vous en mordre les doigts plus tard !

*Source : Se Loger : http://edito.seloger.com/actualites/france/logement-7-colocataires-sur-10-ont-moins-de-25-ans-article-12878.html


  • Assurance

    Colocation : on s’assure ensemble ou pas ?

    Vu les prix de l’immobilier, le niveau des loyers… La colocation, c’est tendance ! Notamment chez les jeunes actifs et les étudiants. Au-delà du partage de l’espace dans le frigo et des débats pour savoir qui a la meilleure chambre, il faut aussi être vigilant en termes d’assurance habitation afin que tout le monde soit content et… bien couvert.

    Lire la suite
    2 min
  • Assurance

    Covoiturage, quel est le profil des utilisateurs ?

    Depuis quelques années, le covoiturage se développe à grande vitesse : impossible de passer à côté. Ce n’est pas un hasard si 81 % des français y voient une tendance qui va s’installer durablement.

    Lire la suite
  • Budget

    Quelle caution immobilière pour votre location ?

    Fournir une caution immobilière est un passage quasi systématique pour prendre une location. Comment cela marche ? Explications.

    Lire la suite
    2 min