Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Les coopératives d’activité et d’emploi, un cadre propice pour se lancer

20 jan
Les coopératives d'activité et d'emploi, un cadre propice pour se lancer
Activité

20 janvier

Vous avez un projet de création d’entreprise ? Les coopératives d’activité et d’emploi vous offrent la possibilité de le tester et de le développer au sein d’un collectif d’entrepreneurs.

L’isolement du créateur d’entreprise ne vous convient pas ? Vous souhaitez être accompagné pour lancer votre activité ? Les formalités administratives ne sont pas votre tasse de thé ? Voilà au moins trois bonnes raisons pour rejoindre une coopérative d’activité et d’emploi (CAE), si vous avez le projet de créer votre entreprise.

Ces structures qui existent depuis longtemps déjà mais n’ont été reconnues et consacrées par un statut à part entière qu’en 2014 -celui-ci étant en vigueur depuis le 1er janvier 2016-, offrent aux porteurs de projet la possibilité de lancer leur activité, sans devoir créer leur propre entreprise, mais en intégrant une coopérative d’entrepreneurs déjà existante.

Simplicité et sécurité

Ce cadre relativement méconnu offre l’avantage de la simplicité. En effet, il dispense de créer sa propre structure juridique. Il suffit d’utiliser celle de la CAE que l’on choisit de rejoindre. Pour autant, on reste propriétaire de sa marque, de sa clientèle, et maître de son activité. La rémunération que l’on perçoit est directement basée sur le chiffre d’affaires réalisé. En outre, la coopérative prend en charge toute la gestion administrative - facturation, reversement de la TVA, calcul de la rémunération, règlement des cotisations sociales -, ce qui permet de se consacrer pleinement à ses clients.

Autre avantage : les CAE accompagnent leurs membres au métier d’entrepreneur, via des formations, ateliers et temps d’échanges avec les autres coopérateurs. Enfin, ce cadre permet de bénéficier du statut de salarié et des nombreux avantages qui y sont rattachés (sécurité sociale, cotisations retraite, assurance chômage).

Mutualisation des frais

En contrepartie de ces prestations, chaque entrepreneur exerçant son activité au sein de la CAE participe financièrement aux frais de structures et aux charges communes. Cette participation, mutualisée entre les membres de la coopérative (ce qui est une source d’économies) est indexée sur le chiffre d’affaires réalisé par chacun.

Il existe aujourd’hui deux organismes représentatifs des CAE sur le territoire, l’association Coopérer pour entreprendre et Copéa. Ils fédèrent à eux deux une centaine de coopératives et près de 10 000 entrepreneurs.

Certaines CAE sont généralistes, d’autres spécialisées par secteur d’activité (bâtiment, services à la personne, activités artistiques). Chacune étant indépendante et définissant ses propres règles de fonctionnement, il n’est pas inutile d’en contacter plusieurs pour comparer leur offre de services et leur fonctionnement précis.