Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Restaurateurs : la mention "fait maison" évolue

16 juil
Restaurateurs : la mention "fait maison" évolue
Activité

Juillet 2015

Moins d’un an après sa mise en place, la réglementation du "fait maison" vient d’être modifiée. Un nouveau décret est entré en vigueur début mai.

Depuis l’été dernier, les restaurateurs qui proposent des plats faits maison – à consommer dans leur établissement ou à emporter (traiteurs, commerces ambulants sur les marchés et foires, « food trucks »…) – peuvent les signaler grâce à une mention spécifique et à un logo officiel, représentant un toit au-dessus d’une casserole. Les consommateurs peuvent ainsi distinguer les plats cuisinés des préparations industrielles. La première version de la réglementation ayant suscité certaines critiques, les caractéristiques du fait maison ont été redéfinies pour apporter plus de clarté.

Produits crus et frais

Un plat "fait maison" (entrée, plat ou dessert) doit toujours être élaboré sur place à partir de produits bruts. Mais désormais ces produits bruts peuvent uniquement être des produits alimentaires crus, sans assemblage avec d’autres aliments, excepté le sel. Ils ne doivent être ni cuits, ni dénaturés par quelque procédé que ce soit. Conséquence : les fruits et légumes, les viandes et poissons doivent être achetés frais. Il n’est donc plus possible de qualifier de " fait maison" un plat élaboré à partir de produits surgelés. Cette règle s’impose jusqu’à l’acquisition des produits. Après leur réception, le cuisinier peut toujours, pour assurer leur conservation, blanchir des légumes, surgeler son poisson, précuire son foie gras, etc.
Les seules exceptions à cette règle concernent les aliments que le client ne s’attend pas à voir confectionner sur place, comme le pain, les fromages, les condiments, la crème fraîche ou le chocolat. La liste complète figure à l’article D. 121-13-1 du Code de la consommation. En revanche, une pâte feuilletée doit dorénavant être cuisinée sur place pour porter la mention "fait maison".

Règles d’information et d’affichage

La démarche des restaurateurs est volontaire. Il n’y a aucune procédure de labellisation ou examen préalable. Chacun reste libre de proposer des plats faits maison ou non. Mais seuls ceux qui proposent des plats cuisinés sur place peuvent afficher le logo et la mention "les plats faits maison sont élaborés sur place à partir de produits bruts" sur leur carte et dans leur établissement. Désormais, les restaurants qui ne proposent aucun plat "fait maison" ont l’interdiction d’utiliser les termes "maison" ou "fait maison" et d’afficher le logo.
Pour les professionnels qui ne proposent qu’une partie de plats faits maison, le logo ou la mention doit figurer sur la carte en face de chacun des plats concernés. Si tous les plats sont concernés, la mention "fait maison" ou "maison" ou le logo peuvent figurer à un endroit unique visible par tous les clients.
Pas de changement par rapport à l’utilisation du logo officiel. Elle est toujours soumise à une charte graphique. Le logo ne peut être que noir (sur fond clair) ou blanc (sur fond sombre), mais il peut être imprimé ou bien reproduit à la main. Sa taille doit être au minimum de 5 x 6 mm. Il est possible de télécharger en ligne sur un site dédié la charte graphique du logo, le logo disponible en trois formats (EPS, PNG et JPEG), des étiquettes collantes à imprimer, ainsi que des bannières Web.
Dernière précision, si vous utilisez un produit d’une marque de renom, le plat ne pourra pas être dit "fait maison". Et l’utilisation de ce produit de marque devra être précisée.

Pour en savoir plus :


© Anne Le Mouëllic – Uni-éditions – juin 2015