Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Une boutique école pour apprendre le métier de commerçant

18 déc
Activité

il y a 1 mois

Il n’existe pas de formation pour devenir commerçant. Partant de ce constat, une boutique école a ouvert dans la région Centre-Val-de-Loire, pour mettre le pied à l’étrier à ceux qui souhaitent embrasser ce métier.

On ne naît pas commerçant, on le devient ! Pour cela, encore faut-il pratiquer le métier. Si dans les réseaux de franchise, des formations permettent aux futurs commerçants de se faire la main, en revanche, lorsqu’on démarre à son compte, en indépendant, il faut se débrouiller seul. Avec un droit à l’erreur réduit.Dans le Loiret, la structure d’accompagnement à la création d’entreprise BGE 45 a eu l’idée de combler cette lacune en créant un lieu de formation grandeur réelle, destiné à un public souhaitant se lancer dans le métier de commerçant, sans l’avoir exercé auparavant.

6 semaines de formation en situation

Concept encore unique en France, la première Boutik’école a ouvert ses portes en octobre dernier, dans un petit centre commercial d’Orléans. Elle a déjà accueilli une première promotion de 4 porteuses de projets qui ont suivi durant 3 semaines un programme d’accompagnement personnalisé in situ. Puis, durant 3 autres semaines, elles ont pu exercer leur activité respective et vendre leurs produits, en l’occurrence du prêt-à-porter et des bijoux artisanaux, dans un espace de vente personnalisé, aménagé sur le plateau de la boutique.

«  Durant 6 semaines, ces personnes ont pu se former aux différentes facettes du métier de commerçante - tenue du magasin, mise en avant des produits, création de la vitrine, accueil de la clientèle, gestion de la caisse - et mettre leurs connaissances en pratique, explique Clémence Deback, de BGE 45. Pour elles, ce métier est désormais une réalité concrète. »

Hébergées en couveuse, ce qui leur a permis d’exercer juridiquement leur activité dans la Boutik’école, ces créatrices d’entreprise ont désormais les clés en main pour décider de la suite de leur projet. Soit en ouvrant leur propre boutique, soit en s’orientant vers d’autres options : vente sur les marchés, les salons, à domicile…

Une initiative qui pourrait essaimer

Soutenue par la mairie d’Orléans, et d’autres acteurs de la vie économique et sociale locale, cette initiative s’inscrit dans une perspective de long terme. « Notre objectif est d’organiser 5 sessions de formation par an, ce qui représente une vingtaine de créateurs formés », comptabilise Clémence Deback. Une deuxième promotion de porteurs de projets a d’ores et déjà investi les lieux. Si l’initiative porte ses fruits, la Boutik’école pourrait essaimer dans d’autres quartiers de l’agglomération, voire dans d’autres villes en quête d’idées neuves pour dynamiser leur tissu commercial.

Pour en savoir plus
BGE - Site national


© Thibault Bertrand - Uni-éditions - décembre 2017