Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / DIRIGEANT

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Décès : et si vous assuriez la survie de votre entreprise ?

08 nov
Décès : et si vous assuriez la survie de votre entreprise ?
DIRIGEANT

il y a 3 semaines

Aucune entreprise, commerce ou exploitation ne vit longtemps sans un homme ou une femme clé à sa tête. Une chance mais aussi un risque à ne pas sous-estimer en cas de décès ou d’invalidité. Voici les parades.

Le succès d’un pro repose généralement sur ses seules épaules. Il connaît les clients, les fournisseurs, les ficelles du métier, il possède le carnet d’adresses, l’expérience, et parfois détient seul le savoir-faire qui fait la réputation de sa maison.

Résultat, à défaut de dispositions spécifiques, le décès ou l’invalidité de l’entrepreneur est le plus souvent délétère pour son activité. La sanction est alors immédiate : gel des rentrées d’argent mais pas des dépenses courantes (loyer, cotisations sociales, impôts…). Une situation qui peut très rapidement représenter des sommes importantes.

Protéger votre entreprise : un enjeu stratégique

Se soucier de la stratégie de son entreprise c’est l’inscrire dans le temps long. Cela passe par le développement de la stratégie commerciale et financière, mais également par l’assurance qu’elle pourra survivre au départ de son dirigeant.

Dans cette optique, il peut être judicieux de souscrire un contrat dit « homme clé ». Contrairement à la garantie décès-invalidité classique qui couvre l’entrepreneur et sa famille, cette assurance décès pro est souscrite par et pour l’entreprise. Elle prévoit, en cas de décès ou de perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA), le versement d’un capital qui pourra servir à combler les besoins de trésorerie voire à rémunérer une personne capable de gérer l’activité le temps, par exemple, de préparer une cession.

Contrat homme clé et garantie décès : le duo gagnant

Ce type de contrat peut être doublé d’une garantie décès au bénéfice de vos successeurs, héritiers ou associés. L’idée : utiliser le capital décès pro versé en franchise d’impôt afin de favoriser la poursuite de l’activité et/ou sa transmission via le rachat des parts de capital social.

Bon à savoir
Au cas par cas, d’autres dispositions (donation, mandat à effet posthume, passage en société pour les entreprises individuelles, comptes bancaires séparés…) peuvent s’imposer. Pour bâtir une stratégie sur-mesure pensez à consulter votre banquier, un notaire ou encore un expert-comptable.

Protégez votre patrimoine professionnel en cas de décès avec le contrat Valeur Prévoyance du Crédit Agricole.

En cas de décès de son ou ses hommes clés, protégez votre entreprise avec le contrat Valeur Prévoyance Multipartenaire Homme Clé du Crédit Agricole.


© Uni-éditions – novembre 2016