Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / DIRIGEANT

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Embaucher un jeune en job d’été

30 juin
Embaucher un jeune en job d'été
DIRIGEANT

il y a 5 mois

Vous avez besoin d’un coup de main pour vous seconder dans votre activité cet été ? Vous avez la possibilité de recruter un jeune, dès l’âge de 14 ans. À condition de respecter la réglementation concernant le travail des mineurs.

À partir de quel âge puis-je recruter un jeune en job d’été ?

Vous pouvez engager un jeune dès ses 14 ans, dès lors que la période d’embauche se situe durant les vacances scolaires ou universitaires et que le contrat porte sur des travaux légers, adaptés à l’âge du collaborateur que vous recrutez, s’il est mineur. Néanmoins, lorsque le jeune a moins de 16 ans, deux conditions supplémentaires sont posées. D’abord, l’embauche n’est autorisée que pendant les vacances scolaires comptant 14 jours au minimum. Ensuite, l’intéressé doit disposer d’un repos continu d’une durée au moins égale à la moitié de ses vacances. Si celles-ci durent 15 jours, le contrat ne peut excéder 7 jours.

Quelles sont les formalités à effectuer ?

Lorsque le jeune a entre 14 et 16 ans, une autorisation de recruter est nécessaire. Vous devez la demander à l’inspection du travail 15 jours avant l’embauche. Cette demande doit indiquer la durée du contrat, la nature du travail demandé, le temps de travail et la rémunération. Elle doit être accompagnée de l’accord écrit du représentant légal du mineur. L’inspection du travail dispose de 8 jours pour répondre. À défaut, son accord est réputé acquis. Au-delà de 16 ans, seule une autorisation du représentant légal du jeune est nécessaire, à moins qu’il ne soit déjà émancipé. Dans tous les cas, une visite médicale doit être organisée avant l’embauche.

La rémunération est-elle identique à celle des autres salariés ?

Lorsque le salarié est mineur, sa rémunération est minorée. Cette réduction est de 20 % lorsque le collaborateur est âgé de 16 ans ou moins. Ce qui équivaut, sur la base d’un SMIC, à 1 446,62 € brut au 1er janvier 2016 pour 35 heures hebdomadaires, à un salaire brut mensuel de 1 173,30 € brut. Lorsque le jeune a 17 ou 18 ans, sa rémunération n’est minorée que de 10 %, soit 1 319,96 €. Toutefois, ces abattements ne s’appliquent pas aux jeunes justifiant de 6 mois de pratique professionnelle dans la branche d’activité concernée. Autre différence, si l’indemnité de congés payés est due, à hauteur de 10 % du salaire versé, en revanche, les jobs d’été n’ouvrent pas droit à l’indemnité de précarité.

Existe-t-il des restrictions aux tâches que l’on peut confier à un mineur ?

Oui. Certaines tâches potentiellement pénibles ou dangereuses sont interdites aux mineurs, comme les travaux en hauteur, ou le port de charges lourdes. Lorsque le salarié a moins de 16 ans, il doit être affecté à des travaux légers, ne risquant pas de nuire à sa sécurité, sa santé ou son développement. Le travail de nuit est également interdit. Enfin, il existe pour les mineurs de moins de 16 ans une restriction concernant la durée du travail, qui ne peut excéder 35 heures par semaine, à raison de 7 heures par jour au maximum.


© Thibault Bertrand - Uni-éditions - mai 2016